• Color Aff[li]ction

    Aventuriers tricoteurs, bonsoir!

    Je vous l'avais annoncé en début d'année, le châle Color Affection de Veera Mäliki serait un de mes incontournables 2018. Je le trouve vraiment très beau, et en plus il est très facile à tricoter! J'ai donc sorti mes aiguilles et mes pelotes :

    Color Aff[li]ction

    et puis j'ai commencé!

    Et là, patatra! De toute évidence, je tricote vraiment, mais vraiment beaucoup plus serré que Madame Mäliki. La base du châle était très rigide, ce qui créait des vagues très disgracieuses qui probablement le rendraient impossible à tendre bien droit, même après un bain.

    Qu'à cela ne tienne, j'ai démonté et opté pour des aiguilles au diamètre plus gros. Hélas, ô combien hélas, pour le même résultat. Inutile de changer encore d'aiguilles ; j'étais déjà à la limite du filet à provision.

    En démontant, je me suis dit que changer de fil pourrait être la solution, ainsi que l'application de conseils des filles du Strasknitting.

    J'ai jeté un oeil dans mon stock et, bien qu'elles avaient été prévues pour autre chose, j'ai jeté mon dévolu sur elles :

    Color Aff[li]ction

    La bourrette de soie : rien de tel pour tricoter naturellement plus lâche en ce qui me concerne. J'ai donc recommencé et j'ai fait systématiquement un jeté en début de rang que j'ai laissé tomber au suivant. Cela m'a donné quelque chose de bien plus élastique, mais aussi de très moche. Je crois que cette technique n'est pas adaptée à ma façon de tricoter, ou alors j'ai mal fait quelque chose. Toujours est-il que le résultat était décourageant. En outre, la partie verte chez moi faisait environ un tiers de la partie grise du modèle. Cela ramenait les dimensions finales du châle à 80 cm de long sur 19 de large. Un bandana, en quelques sortes.

    J'ai laissé tomber quelques temps, mais je continuais à y penser. Avant que le dégoût ne me saisisse, j'ai estimé qu'il fallait m'y remettre vite. J'ai donc repris mes pelotes, des aiguilles un peu plus grosses, et je me suis forcée à tricoter plus lâche. En outre, alors que des augmentations sont faites sur tous les rangs, j'ai tricoté droit sur tous les rangs envers, ce qui a eu pour effet naturel d'augmenter le nombre de rangs pour parvenir au même nombre de mailles, et donc d'agrandir le châle. Et voici ce que cela donne pour le moment :

    Color Aff[li]ction

    Alors certes, on est très loin de la perfection et je pense que je n'échapperai pas à ce triangle de début, mais l'ensemble est plus souple et cela s'annonce engageant. C'est de loin le meilleur résultat que j'aie obtenu. Je vais donc recommencer une cinquième et dernière fois en changeant la bordure en créant un jour pour assouplir davantage, et j'espère que cela suffira.

    La morale de cette aventure, c'est que ce modèle sera le seul que je ferai de cette créatrice de toute ma vie. Nos échantillons sont totalement incompatibles. A la longue, c'est usant. Je me réjouissais de faire ce modèle et, bien que je retrouve un peu d'espoir, je n'ai plus guère d'enthousiasme en reprenant mon sac à projet. Seules les couleurs vives du fil me redonnent un peu de joie. N'empêche, si j'arrive au bout de cet ouvrage, j'en serai bien contente car il est vraiment très sympa ce modèle.

    Aventure à suivre...

    A bientôt!

    Google Bookmarks Pin It

    1 commentaire
  • Jennifer Wood

    Amoureux du tricot, bonsoir!

    Je n'aime pas les torsades, je l'ai dit bien des fois : beaucoup de peine pour un résultat qu'on peut obtenir autrement, beaucoup de torsades partout pour un tricot surchargé, beaucoup de torsades dans beaucoup trop de modèles (d'où une grande lassitude)...

    Il y a peu, j'ai découvert Jennifer Wood (ci-dessus), une "designeuse" qui m'a subjuguée! Et devinez quoi? Son truc, c'est les torsades! Mais quelle élégance dans ses modèles! J'en suis tombée amoureuse!

    Je me suis acheté un lot de trois patrons :

    Jennifer Wood

    Lothlorien la merveilleuse écharpe que j'ai d'ores et déjà commencée avec ça :

    Jennifer Wood

    et pour l'instant cela donne ça :

    Jennifer Wood

    C'est ce que j'ai obtenu de mieux en termes de photographie et je vous garantis que cette dernière ne rend pas du tout justice à mon ouvrage!

    Le deuxième patron, Winterberry :

    Jennifer Wood

    et j'ai prévu de le faire cette année encore avec ça :

    Jennifer Wood

    Dynamic rocaille de Phildar. Vive le déstockage!

    Enfin le troisième que je ferai sûrement un jour :

    Jennifer Wood

    Comme j'avais anniversaire il y a peu, mon cher et tendre m'a offert un trésor :

    Jennifer Wood

    Voilà une preuve d'amour! 18 modèles dont celui qui m'avait fait absolument craquer et qui sera un incontournable de l'année prochaine, sauf si j'arrive à le caser cette année, Idril :

    Jennifer Wood

    Il est tout simplement d'une rare élégance et d'une incroyable beauté! Et je le ferai avec ça :

    Jennifer Wood

    J'avais prévu de faire un gilet avec cette laine, mais désormais c'est hors de question.

    Je vous donne ma petite sélection de ce bouquin :

    Jennifer Wood

    Non, je n'aime pas les torsades, mais je suis une grande fan des modèles de MADAME Jennifer Wood. J'aime bien comment elle raconte la naissance de ses tricots, les noms qu'elle donne à ses modèles... Elle a atteint mon objectif : elle ne vend pas que des patrons ; elle vend du rêve accessible!

    Il y a fort à parier que je vous en reparlerai, par exemple en vous montrant mes réalisations de ses créations!

    Mais avant cela, il y a des ouvrages qui m'attendent et m'appellent. Je m'en vais donc de ce gai pas les rejoindre pour une petite séance thé-dansant des aiguilles!

    A bientôt!

    Google Bookmarks Pin It

    1 commentaire
  • Strasknitting

    Petits fous de tricot, bonsoir!

    Une fois n'est pas coutume ; je vais faire un peu de promo!

    Lorsque l'on a de quoi se plaindre, eh bien l'on se plaint. En revanche, lorsque quelque chose est vraiment sympa, eh bien on n'en dit rien. Pour faire cesser cette erreur commune, je vais un peu vous parler du Strasknitting aujourd'hui.

    Qu'est-ce que le Strasknitting?

    Comme l'indique son nom, il s'agit de tricot à Strasbourg. C'est un café tricot auquel je me suis pointée comme une fleur lors de la Journée Mondiale du Tricot l'année dernière, où j'ai été très bien accueillie et où je me rends régulièrement depuis.

    Le groupe se réunit le 1er samedi du mois au restaurant La Table Verte à Mittelhausbergen et le 3ème samedi du mois à l'Art Café du Musée d'Art Moderne de Strasbourg.

    C'est un groupe composé de personnes de tous horizons, avec pour simple point commun la passion du tricot et du crochet. Cela n'a l'air de rien, mais venez voir ; vous ne regretterez pas.

    Emportez votre tricot en cours, bon pas trop compliqué (genre tricot-télé), à moins de maîtriser cet art, sous peine de devoir démonter! En effet, ça papote, ça rigole, et on a vite fait d'être perdu dans son ouvrage! On discute tricot et crochet, évidemment, mais pas que. Le plaisir de parler de tout et de rien dans une ambiance bon enfant, en sirotant un thé ou un café, en dégustant une pâtisserie (ou pas si l'on n'en a pas envie), cela n'a pas de prix à une époque où le virtuel nous a totalement envahis. Le temps passe à une vitesse folle! Oui, vous l'aurez compris : j'aime le Strasknitting!

    Strasknitting

    Ce que j'apprécie tout particulièrement, c'est l'absence de contrainte. Il y a celles qui ne vont qu'au premier rendez-vous, celles qui ne vont qu'au second, et celles qui vont au deux. On ne pointe pas ; tout au plus s'inquiète-t-on de votre absence si vous ratez plusieurs rendez-vous d'affilée, mais lorsque vous revenez, on est simplement content de votre retour!

     

    Pas de thème imposé, pas de Knit along.

    Désolée pour mon égoïsme, mais j'ai déjà mon propre programme et je n'ai pas toujours envie d'y ajouter quelque chose que je n'ai pas décidé moi-même. En outre, pardon encore, ce n'est pas souvent que les knit along proposent des projets vraiment enthousiasmants... Au Strasknitting, on tricote ou crochète ce que l'on veut.

    Le café tricot n'est pas un cours de tricot. Ceci dit, aucune de nous n'a été laissée à l'abandon lorsqu'elle s'est trouvée confrontée à une difficulté. Il y a toujours une copine (et souvent bien davantage) pour conseiller, expliquer...

    Hyper important : pas de sectarisme! Vous êtes les bienvenus, quels que soient votre sexe, votre origine, votre religion, votre façon de tricoter ou de crocheter, votre matière première (laine grand luxe ou 100% acrylique premier prix), et j'en oublie sûrement... Bien au contraire, cela suscite des échanges généralement fructueux! Le Strasknitting est un café tricot particulièrement ouvert et riche. On en ressort toujours en ayant appris quelque chose, et pas forcément au tricot!

    Bref, le Strasknitting est 100% cool!

    Demain, on se réunit à l'Art Café. Si vous habitez le coin, laissez-vous tenter!

    A bientôt!

     

    Google Bookmarks Pin It

    3 commentaires
  • Petits fous et effrayés du crochet, bonsoir!

    Aujourd'hui, je vais tenter de vous démontrer que le crochet, c'est fastoche!

    Contrairement au tricot qui est vraiment ingrat (c'est long et cela demande beaucoup de technique - mais c'est tellement plaisant!), le crochet ça va vite (à condition de ne pas se lancer dans les miniatures avec un crochet de 0.85 mm de diamètre et du fil dentelle) et cela n'exige que fort peu de technique. Si si, je maintiens!

    En une après-midi, vous pouvez maîtriser presque tous les types de mailles! En effet, il ne s'agit que de variantes de la maille serrée. Si vous savez faire la maille serrée, donc, vous devenez rapidement expert en crochet.

    J'ai appris en autodidacte, avec un livre de base et des patrons en japonais trouvés sur internet, mais qui ont l'avantage de présenter des diagrammes super clairs.

    Evidemment, je n'ai pas commencé avec la traditionnelle écharpe, c'est-à-dire un simple rectangle avec un point simple. Non. Je voulais faire un amigurumi que je venais de découvrir (cela fait tout de même onze ans maintenant!).

    Bon, soyons honnêtes, la première réalisation n'est pas toujours extra-ordinaire quand on commence par quelque chose de plus évolué que l'écharpe. Une fois surmontée l'épreuve de l'anneau magique (épreuve quand on commence seul, mais quand on vous montre, franchement ce n'est pas dur), je suis arrivée à cela :

    Le crochet c'est fastoche!

    Ce gremlins est affreux, d'autant que, pardon à sa créatrice, il s'agit d'un chat! J'ai honte, mais je n'ai pas peur de vous le montrer, car il faut bien commencer quelque part. Pour votre gouverne, il y a des personnes qui ont un premier résultat bien meilleur. Mais ceci fut le mien. Toutefois, je n'ai pas baissé les bras et deux réalisations plus tard, j'ai créé ceci :

    Le crochet c'est fastoche!

    Alors non, ce n'est pas une souris, mais un ourson! Il est très loin d'être parfait, mais j'étais très fière de l'avoir conçue (surtout le chapeau, en fait), étant pourtant bien consciente qu'il fallait encore travailler!

    Et puis j'ai fait ça :

    Le crochet c'est fastoche!

    Là, de toute évidence, je touchais au but! Déjà, il ressemblait à un ourson, qualité non négligeable pour un amigurumi, et je le trouvais mignon.

    Et quelques temps plus tard, j'ai créé ceci :

    Le crochet c'est fastoche!

    Là, j'avais franchi un cap. Là, j'étais bien.

    Pourquoi je vous montre tout cela? Pour que vous voyiez de vos yeux comment on progresse vite. Et comme je me suis lancée très rapidement dans la création, j'ai sans doute avancé plus lentement que quelqu'un qui réalise un amigurumi à partir d'un patron bien conçu!

    Pour obtenir 1 cm de hauteur, il faut 4 rangs au tricot, mais seulement 2 au crochet, avec une laine qui se travaille en 3,5 (diamètre en mm de l'aiguille ou du crochet). Surtout, le nombre de mailles qui constitue le rang est également environ de la moitié. Bref, le crochet ça va deux fois plus vite.

    L'inconvénient, parce qu'il y en a un, c'est que le crochet est filophage. Il vous faudra plus de pelotes que pour le tricot pour réaliser un pull, par exemple.

    J'aime le crochet parce qu'il se prête merveilleusement à la 3D. Non pas que cela ne soit pas possible au tricot, mais c'est bien plus compliqué et nécessite d'acquérir pas mal de technique (rangs raccourcis, diminution comme ci à droite, diminution comme ça à gauche et idem pour les augmentations). Au crochet, c'est tout simple : on augmente et on diminue toujours de la même manière (on crochète 1 maille sur 2 mailles pour diminuer, on crochète 2 mailles sur 1 maille pour augmenter, quelque soit le type de maille d'ailleurs).

    Ce qui a considérablement nuit au crochet, ce sont tous ces napperons, miniatures pour dragées et autre que nous avons tous immédiatement à l'esprit, non pas qu'il ne s'agisse pas là d'ouvrages tout à fait honorables, mais fort peu tentants quand on a vingt ans.

    En fait, le crochet est fun. On peut tout faire au crochet :

    des sacs,

    Le crochet c'est fastoche!

     

     

     des vêtements,

    Le crochet c'est fastoche!

    des accessoires,

    Le crochet c'est fastoche!

    des amigurumis, de la déco, et tout cela facilement.

    Alors, n'hésitez plus et lancez-vous!

    A bientôt!

     

    Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire
  • Bonsoir à tous!

    French Loop aussi a son petit Noël!

    Le Père Noël s'appelle Burning Impressions II et voici le joli cadeau :

    Le Noël de French Loop!

    le DELUXE Sock Knitter's Tool Kit et la Spinnerzz Gauge!

    Megan fait de la pyrogravure. Elle a travaillé avec des tricoteuses et propose toute une gamme d'outils inédits et personnalisables. Outre les bloqueurs de chaussettes et de gants, les boutons et autres goodies (planches à découper...), il y a le fameux Soxyzz, un instrument de mesure qui permet d'une part de mesurer précisément le pied, et d'autre part de facilement savoir où l'on en est dans sa chaussette, sans passer par le fastidieux mètre de couturière.

    Le Noël de French Loop!

    Il y a également cette jolie jauge avec, oui messieurs dames, le logo de French Loop! Cette jauge mesure également l'échantillon, fait office de règle...

    Le Noël de French Loop!

     Et surtout, il y a ceci :

    Le Noël de French Loop!

    le "mesureur" d'épaisseur de fil (spinnerzz gauge)! Idéal quand on a perdu la bague des pelotes, si rapide à égarer pour les écheveaux! Avec, à nouveau mon logo ; je n'en reviens pas de la précision car il mesure 3,5 cm de côté et avec une police aussi complexe, c'est vraiment du grand art!

    Et j'ai eu un vrai cadeau : le petit marqueur, non compris dans le kit.

    J'ai hâte de les utiliser et du coup, je n'aurai plus d'excuse avec tous ces outils!

    Je reste sur mon petit nuage et vous dis à bientôt!

    Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique