• Petite ronde des fils

     Petits fous de laine, bonsoir!

    Aujourd'hui, je vous propose un petit tour dans les qualités de fils! Ce qui suit est loin d'être exhaustif et encore moins complet, mais je vous invite seulement à entrer avec moi dans une petite ronde des fils!

    Et nous commençons par les fils traditionnels avec la laine de mouton.

    Petite ronde des fils

    Chantez avec moi : "la laine de mouton a mauvaise réputation" (pardon au grand monsieur Georges) parce qu'elle gratte. C'est vrai, elle pique. Mais elle est très solide et très résistante à l'humidité. Elle tient donc très chaud. Sachez que la laine vierge contient environ 7% d'autres fibres et la pure laine vierge 0,3% seulement. Ne vous fiez pas au "100% laine" qui est de moins bonne qualité.

    Alors personnellement, je n'en tricote pas (parce que j'ai la peau délicate), mais pour une veste, pourquoi pas?

    Toutes les laines de mouton ne piquent pas, ceci dit, comme la célèbre laine du mouton mérinos.

    Petite ronde des fils

    Celle-ci au contraire est très douce. Elle est élastique (ce qui signifie que l'ouvrage tricoté peut se déformer) et surtout naturellement antibactérienne. J'avoue que c'est ma laine favorite. Elle se prête très bien à la teinture, alors tout est permis avec elle!

    Nous poursuivons avec la laine d'agneau

    Petite ronde des fils

    La laine d'agneau est douce, moelleuse et solide. Toutefois, la laine vierge d'agneau a des poils plus longs, ce qui la rend plus solide et plus épaisse mais aussi un peu moins douce au départ que la lambswool qui est de moins bonne qualité (poils plus courts).

    Je la lui préfèrerai la laine d'alpaga (ou lama).

    Petite ronde des fils

    Il arrive à certaines laines de gratter, alors mieux vaut vérifier avant d'acheter. Mais normalement, c'est un fil très doux, très léger (ce qui n'est pas le cas de la laine de mouton) mais très chaud et très résistant. Le baby alpaga a tendance à être plus doux.

    Et puisque nous sommes dans la légèreté, parlons du mohair!

    Petite ronde des fils

    Le mohair provient de la toison de la chèvre angora de Turquie. Comme l'alpaga, c'est un fil léger, gonflant, chaud, mais il a une forte tendance à gratter et il n'a aucune souplesse. C'est pourquoi beaucoup lui préfèrent l'angora.

    Petite ronde des fils

    La laine angora est obtenue grâce au lapin angora, au mouton angora, ou au yack. C'est une laine très douce et bien chaude, mais (surtout pour les deux premiers) elle a une fâcheuse tendance à laisser des poils partout sur vos vêtements, dossiers de chaises, canapé... Vous vous sentirez un peu comme un animal, quoi... Après tout, pourquoi ne pas faire concurrence à votre chat? Il n'y a pas de raison!

    Et après ces soucis domestiques, passons à la classe noble des fils. En première position, j'ai nommé le cachemire.

    Petite ronde des fils

    Dès lors que l'on prononce le mot cachemire, on est chic immédiatement, non?

    Il provient de la chèvre de Mongolie, du Tibet, et de leurs alentours. Il faut bien dire qu'elle a fière allure. Elle en impose. C'est une laine chaude, douce et légère, résistante à l'humidité.

    MAIS méfiez-vous : les poils courts sont signe que votre ouvrage va vous lâcher tôt ou tard (voire plutôt tôt que tard) et quoi qu'il arrive, il va boulocher.

    En ce qui me concerne, c'est un mauvais investissement car je ne suis pas sûre d'arriver à déterminer si les poils utilisés sont longs ou courts. Et le boulochage est rédibitoire.

    Tant qu'à y mettre le prix, je préfère acheter du fil de soie.

    Petite ronde des fils

    Bon, est-il vraiment nécessaire d'expliquer d'où elle vient? J'ai toujours été fascinée par le ver à soie de Chine. (Eh bien voilà, c'est fait quand même). Je trouve ce phénomène totalement merveilleux. Mais je cesse avec le sentimentalisme et vous donne les propriétés de ce joli fil brillant : il est solide (mais rigide), il est d'une douceur sans comparaison, il est très résistant à l'humidité. Oh, et il est très beau.

    Son seul défaut est qu'il n'est pas une bonne idée de le tricoter pour faire un pull d'hiver. Mais c'est le seul.

    C'est la même chose pour le coton.

    Petite ronde des fils

    Et l'air de rien nous venons de quitter le règne animal pour le milieu végétal!

    Ce fil conserve la fraîcheur et il est hypoallergénique. En revanche, il est très lourd et se déforme aisément. Mais dans un petit numéro d'aiguilles, il est idéal pour l'été! Et puis, en tant que crocheteuse, j'ai un petit faible pour le coton. J'y vois davantage d'amigurumis que de petits hauts, je dois bien le dire. Le coton, c'est presque de la nostalgie pour moi.

    Dans le même ordre d'idée, nous avons le lin.

    Petite ronde des fils

    Outre le fait qu'il vient d'une très jolie fleur, le lin, issu de ses tiges, est un fil qui date de presque 10 000 ans avant J-C.

    Moins lourd que le coton, mais beaucoup plus rigide, il a un aspect sec. Il conserve davantage la fraîcheur que le coton. Clairement hydrophile, il est thermorégulateur. Pas d'humidité, donc. C'est le champion dans sa catégorie. Il y a le chanvre également, mais immettable, sauf si vous souhaitez un gommage en profondeur.

    Bref, le lin est l'allié de l'été.

    Et entre le coton sympa et le lin champion, il y a le bambou.

    Petite ronde des fils

    Le bambou, c'est beau. C'est un fil doux, hypoallergénique et hydrophile. Il est très agréable à porter. MAIS ce n'est pas exactement une fibre végétale. En fait, s'il est bien issu des fibres du bambou, toute une chimie intervient pour en faire un fil textile. Ne vous faites pas avoir par les jolies photographies!

    Et voilà comment nous passons aux fils synthétiques. Dans la même catégorie que le bambou, il y a le viscose.

    Petite ronde des fils

    Le viscose vient de l'écorce de pin ou de sapin. C'est une soie synthétique. Elle est brillante comme la soie, douce comme la soie, mais absolument pas résistante à l'eau. Attendez-vous à transpirer sévère là-dedans. Vous l'aurez compris : le viscose, je n'aime pas. Ceci dit, question budget, cela n'a rien à voir avec la soie puisqu'il est beaucoup moins onéreux.

    Après les pseudo-fils naturels, passons au 100% chimie au 1er rang desquels se trouve l'acrylique.

    Petite ronde des fils

    Et oui, la laine acrylique provient du pétrole. C'est sans doute le fil le plus utilisé dans le monde, par les industries comme par les tricoteuses. Avec son prix modeste, sa douceur, sa légère brillance et son entretien facile, cela en fait un fil tout à fait tentant. Il est d'ailleurs très majoritaire dans l'offre des enseignes de vêtements comme de laines.

    Mais il faut savoir qu'il est mauvais pour les milieux aquatiques car à chaque machine, des fibres non biodégradables sont rejetées. Du coup je culpabilise un peu.

    Et comme si cela ne suffisait pas, il est aussi mauvais pour nous puisqu'il libère des phtalates (connus pour avoir des tas d'effets sympathiques tels que perturbations endocriniennes, allergies...)

    Et je passe au polyamide.

    Petite ronde des fils

    Le polyamide, c'est aussi le nylon. C'est un fil solide, qui vient souvent en complément de la laine pour faire un super fil à chaussettes. Il a en effet une résistance à tout épreuve et est très extensible.

    En gros, les méfaits sont les mêmes que ceux de l'acrylique puisqu'il est lui aussi issu de la pétrochimie. Mais son usage est un peu moins fréquent.

    Bon, en tant que tricoteuse de chaussettes, il faut bien que je dise quelque chose pour me remonter le moral!

    Du coup, j'arrête là pour le synthétique et me tourne vers une nouvelle variété de fils (on arrête pas le progrès). Parlons donc de la fibre de lait.

    Petite ronde des fils

    Oui oui, de la fibre de lait. Lorsque ce dernier est périmé, on peut le recycler pour en faire des fibres. Les écologistes se sentent sûrement mieux que quelques lignes plus haut. Mais bien sûr, il vient en complément d'autres fibres. Donc, si vous êtes soucieux du bien être de la planète, il faut bien regarder à quelle laine ou à quel coton il est additionné. Mais le progrès va parfois dans le bon sens.

    Il a une texture soyeuse, il est doux, thermorégulateur, et il a même un effet cicatrisant (problèmes de peau). Mais il est très lourd. C'est sans doute le fil le plus lourd de tous ceux que nous avons vus.

    En résumé:

    • pour l'hiver, des laines provenant de nos beaux animaux,
    • pour l'été des laines issues du végétal (sauf pour la fibre de soja dont je n'ai pas parlé - qui elle aussi passe par un procédé chimique, mais a priori moins lourd que les autres fibres de cette catégorie - qui quant à elle tient chaud),
    • éviter les matières synthétiques (quasi une lapalissade)
    • essayer les nouvelles matières mais en étant vigilant

    Voilà, comme je vous l'avais annoncé au début de cet article, je suis loin d'avoir fait le tour de tout ce qui existe et je suis restée très succincte. Il s'agissait simplement d'avoir un aperçu des matières que nous travaillons et que nous portons, et peut-être de vous apprendre une ou deux choses. En tout cas pour ma part j'en ai appris pas mal en préparant cet article.

    A bientôt!

    Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire
  • Les moufles du cycliste - épisode 1

    Fans de tricot, bonsoir!

    Exactement pour me faire mentir, je vous parle ce soir d'un nouveau projet! Une folle expérience, à n'en point douter.

    Mon cher et tendre enfourchant son vélo à des heures peu agréables pour aller travailler, et le vent du nord ayant fait soudainement son apparition, il m'a demandé des moufles bien chaudes, si possible doublées.

    Ce genre de demande étant rarissime pour ne pas dire inédit, je lui ai immédiatement dit oui et lui ai parlé des bénéfices du feutrage. En effet, ce dernier rend plus résistant au vent et à l'humidité. Devant son enthousiasme soudain, je me suis précipitée sur mon écran pour trouver le patron idéal pour ce nouveau projet.

    Je n'ai pas trouvé de patron de moufles en double knitting feutrées... ce qui est vraiment très mauvais signe, m'est avis. Est-ce faisable? Est-ce que seule la partie extérieure va feutrer, engendrant des bourrelets franchement disgracieux si la partie intérieure ne bouge pas de taille, et disons-le rendant les moufles immettables?

    Je prends le parti de me dire que j'ai mal cherché. Cela doit forcément exister...

    Soit. Je m'en vais donc choisir des coloris classiques (il faut bien dire que la majorité des hommes, le mien inclus, ont des goûts d'une affligeante tristesse : noir, bleu marine, éventuellement bleu, ou gris)...

    Mais voilà, je n'ai trouvé que des couleurs proprement extravagantes dans les gammes de laines à feutrer tricotables : rose fuschia, anis, turquoise, orange rouille, jaune moutarde, et caetera...

    Qu'à cela ne tienne, il faut donc choisir un fil 100% laine, non traité superwash.

    Je ne sais pas si vous vous en rendez compte, mais plus j'avance et plus cette expérience prend une tournure inquiétante.

    Je jette donc mon dévolu sur le Phil Alpaga, et je prends 4 pelotes carbone pour l'extérieur et 4 pelotes écru pour l'intérieur. Je souhaite vraiment des couleurs contrastantes pour une réalisation plus aisée, et puis le bleu présent en boutique ne me plaisait pas.

    Les moufles du cycliste - épisode 1

    Je réalise mon échantillon et je prends les mesures de la main de mon cher et tendre. (Oui, j'ai acheté la laine avant de faire mon échantillon. Mais j'ai vu qu'il fallait environ 280 m pour faire des moufles feutrées pour un homme. J'ai donc pris 384 m de chaque coloris pour être tranquille).

    Encore une contrariété : ses mesures ne correspondent à aucune taille d'aucun tableau trouvé. Bref, il va falloir tout calculer!

    • poignet : 17,5 cm de circonférence et 5 cm de longueur prévue
    • main : 23 cm de circonférence pour une longueur de 19,5 cm
    • distance de la base de la main à la naissance du pouce : 6,75 cm
    • pouce : 7 cm de circonférence pour une longueur de 6 cm

    Je compte une aisance de 1 cm pour pour tout, sauf pour le pouce où je ne compte que 0,5 cm.

    Ensuite, quelle taille faire?

    Selon les sites, le feutrage en machine fait perdre 25% de la taille, selon d'autres, 30%.

    Cela fait tout de même une sacrée différence. J'opte pour une augmentation de 27%.

    Vous commencez à la voir, la catastrophe à venir?

    Même pas peur ; je me lance.

    Je monte 48 mailles DK (c'est-à-dire alternativement 48 mailles carbone et 48 mailles écru). Et je commence des côtes monochromes :

    Les moufles du cycliste - épisode 1

    Je vous explique comment j'obtiens cela, mais il faut d'abord vous informer que je tricote en continental avec la main gauche et le fil écru dans la main gauche, et je tricote en méthode classique avec le fil noir dans la main droite.

    Pour ce faire, je tricote

    • 1 maille noire à l'endroit, les 2 fils à l'arrière,
    • je mets le fil noir devant, puis le fil écru devant
    • 1 maille écrue à l'envers
    • je mets le fil écru à l'arrière
    • 1 maille noire à l'envers
    • 1 maille écrue à l'endroit
    • je remets le fil noir à l'arrière

    et voilà : côtes noires à l'extérieur et côtes écrues à l'intérieur.

    Une fois qu'on a pris le truc, c'est assez routinier.

    Je vais donc tricoter jusqu'à 6,5 cm de hauteur, et je vous retrouve au prochain épisode!

    Si toutefois vous avez des conseils, je suis super preneuse!

    A bientôt!

    Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire
  • Strasknitting chez Joana Vasconvelos : c'était chouette!

    Amis du crochet, bonsoir!

    Il y a peu, je vous ai parlé de la participation de Strasknitting, le café-tricot où j'aime aller chaque mois pour tricoter bien sûr, mais aussi papoter et me dégourdir les zygomatiques ; la participation de Strasknitting, donc, à l'exposition de Joana Vasconcelos (ci-dessous sous son oeuvre) le 6 octobre dernier. 

    Strasknitting chez Joana Vasconvelos : c'était chouette!

    Nous devions tricoter une écharpe de 50 cm de large sur 6 mètres de long pour le cheval du musée, et nous avons décidé de la réaliser dans les tons de la Valkyrie, oeuvre imposante de l'artiste.

    Strasknitting chez Joana Vasconvelos : c'était chouette!

    Finalement, comme vous l'avez vu, j'ai trouvé une pelote de la même qualité et j'ai fini un morceau d'un peu plus de 70 cm. J'ai crocheté dur puisque je n'ai acheté cette pelote que le jeudi soir, pour le rendez-vous après le déjeûner le samedi suivant!

    Je voulais vous montrer le résultat de nos efforts. Je le trouve tellement sympa (j'ai piqué les photographies sur le blog de Strasknitting hormis celles des danseurs et de l'artiste que j'ai trouvées ):

    Strasknitting chez Joana Vasconvelos : c'était chouette!

    Nous avons particulièrement bien travaillé puisque sa taille définitive est de 16 mètres!

    Strasknitting chez Joana Vasconvelos : c'était chouette!

    Et nous voici (oui, j'y suis, en deuxième position), guidées par M. Boileau, chorégraphe de la Compagnie de l'Un Des Paons Danse qui nous a gratifié d'un aussi étrange que fascinant spectacle :

    Strasknitting chez Joana Vasconvelos : c'était chouette!

    Et nous avons monté cette écharpe jusqu'à la terrasse de l'Art Café où des techniciens ont habillé le célèbre cheval Hortus Conclusus de Mimmo Paladino, tout en bronze, de 4 mètres de haut, avec une tête d'oiseau recouverte d'or :

    Strasknitting chez Joana Vasconvelos : c'était chouette!

    Durant un week-end, il a sûrement eu bien chaud! Nous avons tous été très heureux de participer à cette performance.

    A bientôt!

    Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire
  • Strasknitting chez Joana Vasconcelos

    Petits fous de tricot et de crochet, bonsoir!

    Aujourd'hui, je vous informe que samedi, le Strasknitting participe à la très belle exposition de Joana Vasconcelos : I want to break free!

    Joana Vasconcelos, c'est ce que vous voyez ci-dessus, mais aussi :

    Strasknitting chez Joana Vasconcelos

    Strasknitting chez Joana Vasconcelos

    Strasknitting chez Joana Vasconcelos

    C'est-à-dire l'appropriation par l'art du savoir-faire artisanal, le détournement des objets, et plein d'autres choses (allez voir!)

    D'octobre à février, elle expose au Musée d'Art Moderne de Strasbourg, lequel a contacté le Strasknitting (un super café-tricot) pour participer à une performance réalisée par des danseurs.

    Pour ce faire, il a été décidé, entre autres, de tricoter une immense écharpe dans les tons de l'exposition, pour en parer le cheval qui veille fièrement au sommet du café du musée :

    Strasknitting chez Joana Vasconcelos

    Les tricoteuses et crocheteuses ont travaillé très dur et en voici un aperçu (photo piquée sur le blog du Strasknitting):

    Strasknitting chez Joana Vasconcelos

    Les teintes et les points se marient merveilleusement, je trouve. Mon morceau à moi, au crochet, a été entièrement démonté dimanche. J'étais bien malade et s'il mesurait bien 50 cm à sa base, il n'en faisait plus que 35 à la fin! En outre, le point choisi au hasard ne me plaisait pas du tout! Heureusement, sur cette photographie, il s'agit du morceau violet foncé (myrtille, en fait), au fond à gauche dont on ne devine rien!

    J'avais honte face au si joli travail des filles. Alors je me suis donnée à fond et j'ai crocheté quelque chose de sympa :

    Strasknitting chez Joana Vasconcelos

    Bon, c'est un peu bizarre de crocheter en 5 mm, mais ce point est tellement addictif que je vais essayer de trouver une pelote compatible pour poursuivre, d'autant qu'il est très filophage et que la pelote quasiment terminée, j'arrive péniblement à 35 cm de hauteur. Si je n'en trouve pas, tant pis, il restera petit, car j'ai jusqu'à vendredi soir pour le finir.

    De toute façon, j'aime tellement ce point que j'ai d'ores et déjà décidé de me crocheter un pull sans manche, mais avec du fil plus fin!

    Bref, je vous en dirai plus la prochaine fois.

    Et du coup, avec tout cela, le patron gratuit dont je vous avais parlé arrivera un peu plus tard que prévu! Mais il va arriver, c'est promis!

    A bientôt!

    Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire
  • La passion de la terre

    Fans du fait mains, bonjour!

    Aujourd'hui, je vous raconte l'histoire de deux passionnées artisanes qui font un échange!

    Un jour, une vendeuse Etsy m'a contactée pour une commande de chaussettes et m'a proposé un merveilleux objet de sa boutique en contrepartie.

    Elle s'appelle Hélène Genvrin et son art, c'est la céramique :

    L'EchangeL'Echange

    L'Echange

    Voici quelques-unes de ses réalisations, ainsi que le superbe vase ci-dessus, comme l'aurez compris. Sitôt sa boutique "La passion de la terre" visitée, j'ai été trop heureuse d'accepter cette proposition! Elle a beaucoup de talent, et très sympathique avec ça! Elle fabrique ses pièces dans son atelier à Nice, à l'ancienne, une à une, et c'est la raison pour laquelle elles ne sont pas identiques et comportent quelques imperfections, tout ce que précisément j'aime beaucoup.

    Je cherche depuis un moment des tasses pour aller avec mes deux théières, l'une noire (donc beaucoup de choix) et l'autre aubergine (beaucoup plus compliqué). Je ne voulais pas de motif, mais je ne voulais pas d'uni non plus. Bien que beaucoup trop de choses me plaisaient dans sa boutique, j'ai rapidement craqué sur ces tasses bicolores, simples et très jolies.

    Puis cet échange s'est étoffé.

    Le modèle initial sélectionné par Hélène était celui-ci :

    L'Echange

    Je lui ai fait des propositions et son choix a été vite fait. Nous avons beaucoup discuté, le plus souvent pour nous donner des nouvelles sur l'état d'avancement. C'était très agréable.

    J'ai donc tricoté ceci :

    L'Echange

    J'espère qu'elles lui conviennent, car j'y ai mis toute mon attention et tout mon coeur. En retour j'ai reçu ceci :

    L'Echange

    J'en suis tout à fait ravie! Elles sont vraiment très jolies et j'apprécie tout particulièrement le fait qu'elles ne soient pas parfaitement circulaires. Je n'arrivais pas à décider si je préférais la vieux-rose et rose ou la bleu et bleu-gris. Elles ont toutes un charme fou. Mais je crois que je vais opter pour la bleue (une de mes couleurs fétiches).

    Cela nous a pris plusieurs mois (surtout à cause de moi à dire vrai, mais j'en ai eu pour près de 60 heures de travail, sans compter quelques erreurs qui m'ont coûté beaucoup de temps avec du pénélopage), mais cette belle idée m'a tenue tout le long de mon ouvrage.Je suis très contente et même un peu fière d'avoir fait cet échange. Je recommence quand elle veut!

    C'était une chouette expérience et j'ai soigneusement mis sa boutique dans mes favoris car j'aime beaucoup son travail.

     

    A très bientôt!

     

    Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique