• Mon premier sac Redquilt!

    Petits fous de choses faites mains, bonsoir!

    Non, je ne me suis pas évaporée avec ces fortes chaleurs (encore qu'il s'en est fallu de peu!), mais je n'avais pas grand chose à vous présenter, pas d'idée... à mettre sur le compte du thermomètre, à n'en point douter!

    Je me suis lancée un défi de taille : réaliser ce sac que vous pouvez voir ci-dessus. Il s'agit d'un tutoriel gratuit des fabuleuses créatrices de Redquilt. Faites abstraction de la langue, il s'agit surtout de regarder.

    J'adore Youtube pour cela. Bien que produit par excellence de la société contemporaine, je lui trouve un accent d'autrefois où la transmission orale et par-dessus l'épaule s'est d'abord évanouie pour céder la place aux livres et aux cours bien encadrés, et voilà que cela recommence avec en plus un accès inimaginable à tous ces savoir faire, expliqués dans toutes les langues de la planète et que l'on peut apprendre juste en regardant. Ironie du sort? Merveille!

    Pardonnez-moi, mais là je vais me faire un peu plaisir : tous ces "dits" travaux d'aiguilles qui nécessairement font émerger dans les esprits des images de petites vieilles agitant leurs mains ridées juste pour passer le temps, travail inutile et choses désuètes. Dans votre face! Il suffit de voir le nombre invraisemblable de tutoriels pour faire tout et n'importe quoi! Merci Internet, merci la vie!

    Bien, je cesse ma digression et reviens à mes moutons. Ce joli sac a été un vrai défi. Très confortable avec mon crochet, plutôt à l'aise avec mes aiguilles à tricoter, je fais beaucoup moins la fière avec une aiguille à coudre, mais je ne suis pas trop mécontente de mon travail.

    Mon premier sac Redquilt!

    Bon, je n'ai "quilté" que le dessus et le dos du sac, raison pour laquelle sa tenue est moins ferme. Le motif ne me plaisait pas, alors j'en ai fait un autre...

    Mon premier sac Redquilt!

    qui m'a pris beaucoup plus de temps que si je m'étais contentée de l'original. Je commence à me dire que j'aime me compliquer la vie...

    Je n'ai pas osé quilter la poche arrière, faite dans un tissu offert par une tricopine, parce que j'avais trop peur de le bousiller.

    Mon premier sac Redquilt!

    Pour arranger les choses, j'ai craqué sur un merveilleux brocard pour l'intérieur. Je me suis maudite à plusieurs reprises. C'est un très beau tissu qui glisse et s'effiloche à n'en plus finir! Je crois que je vais encore en ramasser des fils toute cette année!

    Mon premier sac Redquilt!

    Le patron original ne prévoyait pas de poches à l'intérieur. J'en ai ajouté deux sur le devant et une à l'arrière (à fermeture éclair).

    Enfin, n'ayant pas d'anses adaptées, j'ai ajouté deux petits segments pour intégrer des anneaux et mettre une anse réglable. Au moment de la réaliser, j'ai constaté qu'il ne me restait plus assez de jean! J'ai donc opté pour l'un des tissus du patchwork et pour le coup, je ne regrette pas. Je le trouve plus sympa comme ça!

    Pour un premier quilt, ce n'est pas très quilté. Je ne voulais pas investir, mais j'ai réparé quelque peu mes carences depuis en achetant un crayon à craie et une règle quadrillée. Ce sera plus simple, car j'ai tout fait sans repère (inutile de vouloir utiliser un crayon à papier sur du jean), raison pour laquelle j'ai pris si peu de risques.

    Je l'aime bien. Mais je le trouve un peu grand. En attendant, avec ces fortes températures, c'est bien plus agréable d'avoir du tissu dans les mains que ce cuir (vrai ou faux d'ailleurs) insupportable!

    Et j'ai déjà décidé de me lancer dans un nouveau projet (toujours de Redquilt), cette fois-ci plus proche d'un vrai quilt, à ceci près que je sais déjà que la tige, la fleurs et les feuilles seront crochetées (ben tiens, je vais me gêner!) :

    Mon premier sac Redquilt!

    Je trouve ce sac tout simplement magnifique! J'ai déjà trouvé mes tissus dans ce même esprit et j'ai hâte de m'y mettre!

    Bref, en ce moment, mes ouvrages au tricot et au crochet, s'ils avancent, avancent très lentement!

    A bientôt!

     

    Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire
  • Un peu de couture

    Amis des petites choses faites main, bonsoir!

    Durant le confinement, pénurie de masques oblige, je me suis remise à la couture. N'ayant toujours pas de machine à coudre (mais un achat est prévu cet été), je n'avais pas d'autre choix que de prendre fil et aiguille en soupirant tous les quarts d'heure (environ).

    Je ne suis pas douée en couture et la machine à coudre me terrorise, sans exagération! Mais il faut tout de même reconnaître que le temps de travail n'a rien à voir avec une machine! Le rapport doit être à peu près de 2 minutes contre 40!

    Ceci dit, ayant mis le nez dans mon stock de tissus (oui, parce que j'ai aussi du stock...) pour trouver les plus adaptés pour réaliser des masques, j'ai aussi mis le doigt sur ces projets sympas que je voulais coudre... Comme je ne pouvais pas tricoter ou crocheter toute la journée (mais ce n'est pas l'envie qui m'en manquait) au risque d'attraper au vol tendinites et autres réjouissances du même acabit, je me suis dit que, après tout, un peu de couture ne nuit pas.

    J'ai donc réalisé cette trousse souple, doublée, avec fermeture éclair et de petites dentelles pour l'attraper et faciliter son ouverture, et bien entendu adaptée à la hauteur de mes nouvelles lingettes démaquillantes.

    Un peu de couture

    Lingettes que j'ai cousues également :

    Un peu de couture

    Ceci m'a occupée un bon moment.

    J'ai une amie aux mains d'or qui est en train d'installer un petit atelier de couture chez elle. Je réfléchissais depuis un bon moment à ce que je pouvais apporter comme contribution utile.

    Comme beaucoup de gens, j'ai profité du confinement pour faire du tri. Entre autres choses : une nappe très jolie mais résolument désormais immettable, une housse de planche à repasser déjà moche au départ mais franchement défraîchie. J'avais d'ailleurs acheté une nouvelle housse. C'est là que j'ai trouvé comment faire un joli cadeau super utile à une couturière : la nappe de repassage!

    Si je me sens capable de concevoir plein de choses au crochet ou au tricot, j'étais quelque peu désemparée devant la tâche à accomplir.

    J'ai donc requis les services tant appréciés de Youtube et ai trouvé le tutoriel de Helena Couture qui répondait à ma demande.

    Je me suis lancée.

    J'ai d'abord découpé ma housse de planche à repasser pour qu'elle forme un joli rectangle aux bords arrondis, et voici ce qu'il en reste :

    Un peu de couture

    Puis j'ai découpé deux rectangles plus grands de manière très approximative dans ma nappe en évitant que les broderies s'y retrouvent.

    Un peu de couture

    Après quoi j'ai épinglé mes trois pièces et cousu au point arrière à ras du molleton.

     J'avais acheté un tissu sympa pour l'aspect extérieur, mais à ma grande surprise, il est trop petit!

    Course vers le stock pour trouver un autre tissu pour le dessous, compatible avec l'imprimé choisi. Je n'avais pas grand chose, alors j'ai opté pour un tissu uni sombre.

    Un peu de couture

    J'ai découpé mes rectangles à 0,5 cm environ de la précédente couture, épinglé mon joli biais émeraude (une vraie galère : j'ai dû le repasser 3 fois avant qu'il ne soit vaguement plié, et malgré une épingle tous les 3 cm, le tissu s'en échappait encore!).

    J'ai finalement réussi à coudre le tout et voilà la nappe (repliée) :

    Un peu de couture

    Au final, elle mesure 85 cm de long sur 52 cm de large. Ce n'est pas si mal. Je l'ai repassée sur ma table en bois, histoire de juger de l'efficacité, et je suis très contente du résultat. Le bois n'était ni humide (j'ai testé avec de la vapeur), ni chaud. J'imagine qu'il n'est pas question d'utiliser une centrale vapeur durant une heure, mais pour aplatir des coutures, ce sera parfait!

    A présent, il reste une dernière étape, la plus agréable : une pièce au crochet, munie de deux lanières pour pouvoir rouler et fermer cette nappe.

    J'ai choisi un fil turquoise, mais je vous montrerai cela très vite!

    A bientôt!

     

    Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire
  • Vent du Nord

    Petits fous de tricot, bonsoir!

    Je suis tout particulièrement contente de vous présenter Vent du Nord ce soir! Même si elles fourmillent d'erreurs, ces moufles sont un de mes plus jolis ouvrages!

    Non non, je ne me suis pas trompée en faisant deux moufles droites différentes, et je n'ai pas tricoté non plus 2 paires. Elles sont réversibles!

    Vent du Nord

    Vous l'avez sûrement compris : elles ont été tricotées en double knitting. Au lieu de tricoter un morceau noir, puis un morceau en couleur, et enfin de les assembler, vous faites cela en une fois avec les deux côtés sur la même aiguille. Ci-dessous une vidéo explicative. C'est la méthode que j'ai utilisée avec un fil dans chaque main, c'est-à-dire en tricotant en méthode classique avec la main droite et en méthode continentale avec la main gauche, mais il existe plein de façons de faire, et à coup sûr, une qui est adaptée à votre façon de tricoter.

    Le résultat est bluffant. La personne à qui j'ai offert ces moufles pourra choisir de les porter en fond noir avec jacquard en couleur (ma version préférée) :

    Vent du Nord

    ou avec fond en couleur et jacquard noir :

    Vent du Nord

    Voici les côtés paumes qui ont un motif plus simple (parce qu'il faut bien reposer le cerveau un peu) :

    Vent du Nord

    Après l'avantage esthétique, voici plus important : l'aspect pratique!

    Elles sont tricotées en jacquard, donc, avec les fils qui sont tissés derrières, elles sont bien plus solides et chaudes que des moufles unies. Et comme cela ne suffisait pas, elles sont doublées : deux moufles en une! Je les ai tricotées pour une cycliste occasionnelle, qui n'aura plus peur d'affronter le froid et ce vent glacial qui ne manque jamais de nous gifler les joues lorsque l'on pédale.

    Je n'étais pas sûre d'y arriver et j'ai eu bien du mal à un moment, mais voilà, bien qu'imparfaites, je les trouve réussies. L'effet de ces deux fils est conforme à ce que j'attendais, alors, pour une fois, je suis vraiment satisfaite.

    Et un vieux projet de plus qui est terminé!

    A bientôt!

    Google Bookmarks Pin It

    4 commentaires
  • Le Bal des Nymphes - numéro 1

    Passionnés de crochet, bonsoir!

    Qu'est-ce que ce titre et la célèbrissime estampe de Hokusai viennent faire ici, et ensemble en plus?

    Au cas où vous ne vous en seriez pas encore aperçus, je vous délivre un scoop : il y a trop de choses qui se bousculent sans cesse dans ma petite tête! Aucun répit! Toujours en mouvement, en ébullition, bref, voici une gentille définition de la folie douce.

    Mais je ne vous laisse pas sur ce triste constat et vous explique derechef!

    Je vous ai montré la dernière fois mon projet de crochet russo-irlandais. J'y travaille, bien entendu. Mais j'ai toujours eu un problème : j'ai un mal fou à faire plusieurs fois la même chose et le principe est tout de même de crocheter un certain nombre de motifs rigoureusement identiques! C'est là que vous vous dites, et à juste titre, que ce n'est probablement pas mon seul problème.

    Bref. Pour donner définitivement raison à ce qui précède, j'ai décidé de dessiner un châle d'été dans le même style. La Vague de Hokusai en est le motif. Mais ces vagues (oui, il devrait y en avoir plusieurs) seront constituées intégralement de fleurs.

    Le Bal des Nymphes - numéro 1

    J'ai trouvé à la Mercerie du Bain aux plantes un fil merveilleux, destiné normalement à la broderie ou à la tapisserie, mais dans un métrage et une épaisseur parfaits pour mes crochets : le coton perlé n°8 de DMC, en écheveaux de 25g. Des couleurs sublimes. J'ai bobiné ces écheveaux sans aucune difficulté.

    Le Bal des Nymphes - numéro 1

    Il est très agréable à travailler avec mes crochets 1,25 et 1 mm. Un vrai bonheur tactile et visuel. 9 écheveaux dont 3 (à droite de la photo ci-dessus) changeants. Toutes les couleurs vont ensemble : un camaïeu parfait. Merci DMC et merci à la dame de la mercerie! J'ai été sur un nuage tout le week-end!

    Pour être à la hauteur de ce fil, j'ai jeté mon dévolu sur deux motifs complexes (Master Class, expliqués avec 7 vidéos par mon maître Natalia Kotelnikova), mais qui ont mis tellement d'étoiles dans mes petits yeux que je n'ai pas pu résister. Et je confirme : ce n'est pas du gâteau!

    Le Bal des Nymphes - numéro 1

    En haut, il y a trois fleurs (moitié du motif, en fait, mais je vous en reparle plus loin). En bas à gauche, la moitié d'un autre motif, beaucoup plus difficile que la grande fleur.

    Comme je ne peux pas faire tout un châle avec ces deux motifs qui sont assez grands, j'ai ajouté des petites Sakura ou fleurs de cerisier, issues d'un modèle trouvé sur YouTube, légèrement modifié. Je vais crocheter d'autres fleurs un peu plus grandes lorsque j'aurais décidé lesquelles.

    Quant à la très grande fleur, voici l'étape suivante :

    Le Bal des Nymphes - numéro 1

    J'ai crocheté les grands pétales et épinglé le motif à l'envers.

    Puis viennent les autres fils dont je ne vous ai pas parlé :

    Le Bal des Nymphes - numéro 1

    Le fil Cébélia de DMC (la grosse pelote blanche) servira à assembler les motifs du châle, et probablement aussi à en faire la bordure.

    La petite pelote est un fil dentelle de Rico Designs avec lequel j'utilise un crochet de 0,6 mm, et c'est ce fil qui intervient dans l'étape suivante :

    Le Bal des Nymphes - numéro 1

    C'est l'étape la plus compliquée pour moi. J'ai tendance à trop serrer et du coup le motif se déforme. Remarquez, avec le nombre de motifs que je vais me farcir, il y a moyen tout de même que j'apprenne à utiliser cette technique correctement!

    Voici la fleur en question, réalisée par mon maître :

    Le Bal des Nymphes - numéro 1

    et l'autre motif (je fais celui de droite, normalement):

    Le Bal des Nymphes - numéro 1

    Et sans doute n'était-ce pas encore suffisamment difficile. Alors j'ai maladroitement dessiné une fleur à partir d'une image trouvée sur internet :

    Le Bal des Nymphes - numéro 1

    que j'ai la ferme intention de reproduire au crochet.

    Vous n'êtes toujours pas morts de rire?

    Moi presque. N'est-ce pas là une authentique folle expérience?

    Je ne cherche même pas à évaluer le temps qu'il me faudra pour mener ce projet à bien. Je m'en fiche. Je m'éclate avec ces beaux fils au belles couleurs et ces beaux motifs. Il me semble que c'est le principal.

    C'est dans ces moments-là que je me rappelle que je suis fondamentalement une crocheteuse, et que, bien que c'est furieusement contraire à la tendance, je préfère résolument les choses fines et "chiadées", comme on me l'a dit récemment. C'est là que cet artisanat prend pour moi toute sa dimension à la fois poétique et enthousiasmante.

    A bientôt!

    Google Bookmarks Pin It

    2 commentaires
  • Lyon

    Amis des arts textiles, bonjour!

    Me voici de retour d'un séjour à Lyon!

    C'est une très belle ville, agréable et à l'ambiance sympathique. On y mange très bien (mais bon, comme partout en France) et pour ce petit blog, elle est très intéressante.

    Je ne vais pas vous faire un compte rendu de mes vacances (j'ai visité énormément de musées, le parc, et caetera), je vais me contenter de vous enjoindre à y aller!

    Toutefois, comme je le disais précédemment, Lyon est une ville pour les amoureux de la soie dont c'est la tradition et elle présente un grand intérêt pour les crocheteurs et tricoteurs!

    Tout d'abord, lumière sur la Maison des Canuts :

    Lyon

    On trouve plusieurs boutiques vendant de la soie d'origines diverses, mais aussi des ateliers traditionnels avec des possibilités d'assister à des démonstrations. Nous avons donc jeté notre dévolu sur la Maison des Canuts (ouvriers de la soie), où se trouvent quantité de machines d'époque et où nous avons suivi une visite guidée, avec démonstration du fameux métier Jacquard de presque 4 mètres de haut! Car Joseph Marie Jacquard est Lyonnais, né en 1752. Son invention permet d'automatiser le travail et simplifie ainsi la création de dessins.

    Lyon

    Mais on parle bien de métier à tisser la soie! Le tricot Jacquard est en fait le Fair Isle et nous l'appelons jacquard par analogie, eu égard aux dessins plus ou moins complexes réalisés à partir de fils de couleurs.

    Evidemment j'ai ramené quelques bricoles :

    Lyon

    Un kit de cocons à soie dont j'ai trouvé l'idée amusante, et un papillon de soie.

    Lyon

    C'est une très jolie broche (qui va parfaitement aller sur le châle que je suis en train de tricoter!) réalisée à partir d'une cravate en soie usée dont certaines parties sont encore parfaites. Vive le beau recyclage! Belle idée d'Anita Klaiber qui fait des tas d'autres choses sympathiques.

    Pour en finir avec le fil, je passe sans transition à la laine. Alors non, il n'y a pas de moutons à Lyon, ni de Lama (même pas au zoo). Mais quelqu'un de très avisé m'a dit qu'il y avait de beaux magasins de laine à Lyon. Après la grosse déception d'un magasin qui a fermé l'an passé, j'ai trouvé par hasard cette boutique :

    Lyon

    Autant dire la caverne d'Ali Baba! Ito, Isager, Lang Yarns, et plein d'autres fils de qualité! Pour information : elle va bientôt ouvrir une boutique en ligne.

    Lyon

    L'accueil y est super et on en prend plein les yeux! Je ne raffole pas de ces boutiques surchargées (sur cette photo prise sur le net, ce n'est pas très parlant, mais lorsque l'on y est, il y en a vraiment partout), mais là je dois dire que j'avais des petites étoiles dans mes petits yeux, et bien entendu j'ai craqué :

    Lyon

    J'ai acheté de quoi faire 2 pulls en Isager Alpaca 2, laine si difficile à trouver, et de quoi faire des mitaines toutes chaudes avec la désormais introuvable Misti Alpaca des Andes.

    Lyon

    Je suis repartie comme sur un nuage avec mon petit sac "I don't need a prince ; I need yarn!"

    Voilà pour mes jolies petites vacances!

    A bientôt!

     

    Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique