• Premier bracelet frivole à perles

    Braves gens, bonsoir!

    Entre le tricot de ma deuxième manche du pull Lichen (si si, un jour prochain il sera terminé!) de ma chaussette Serpentine, et le crochet de quelques mini scrubbers supplémentaires, je m'essaie à la frivolité et cette fois-ci, j'ai tenté ce bracelet perlé.

    Je suis partie d'une vidéo sur Youtube qui ne montrait qu'un anneau et qui n'avait pas de modèle. J'ai donc, à partir de l'image arrêtée, tenté de retrouver le patron. C'est dire si je n'ai peur de rien!

    Premier bracelet frivole à perles

    Le résultat est très proche, mais pas aussi joli que l'original. Je pense qu'il faut le retravailler.

    Et je crois que c'est parce que je n'ai pas d'expérience, mais les anneaux se retournent et les motifs se contractent. Il est sans doute trop tôt pour moi pour tenter ce genre de choses. Ou peut-être le fil n'est-il pas assez rigide? Si quelqu'un connaît la vraie raison, merci de me le faire savoir!

    Du coup, il a un aspect plutôt bizarre, ce bracelet!

    Premier bracelet frivole à perles

    Je pense que je vais le retenter avec un fil plus épais pour voir. C'est un peu dommage parce que j'aimais bien ce mélange de fil bleu nuit avec ces perles à reflets bleus et violets.

    M'est avis que ce n'est pas pour tout de suite!

    A bientôt avec, je l'espère, mon pull Lichen enfin achevé!

    Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire
  • Essais frivoles

    Raides dingues de petites choses faites main, bonsoir!

    Comme convenu, je vous présente ce soir, en premier lieu, mon mini napperon qui sert à étouffer les tic-tac de mon réveil (eh oui, j'utilise un bon vieux réveil pour me lever le matin, sans sms ou mail au milieu de la nuit), napperon que voici :

    Essais frivoles

    Il a rempli son office en me permettant de bien me familiariser avec la technique de la frivolité.

    J'ai fait une tentative de galon pour parer une pochette, et comme je trouvais le résultat sympa, j'en ai fait un bracelet!

    Essais frivoles

    Mais mon véritable objectif dans l'immédiat, est de trouver une jolie dentelle pour finir les manches de mon pull Lichen dont voici le modèle original :

    Essais frivoles

    Je n'ai qu'une photographie du début de mon ouvrage, mais j'ai presque terminé le corps :

    Essais frivoles

    Je voulais faire des manches longues, mais je n'aurai pas assez de fil, d'où l'idée d'une dentelle pour tricher un peu.

    J'ai essayé ça :

    Essais frivoles

    C'est très joli (malgré mes erreurs), mais le carré à assembler ne va pas très bien avec la bordure torsadée de la modéliste.

    Alors j'ai tenté totalement autre chose (qui me paraissait compliqué mais qui s'est avéré nettement plus simple à réaliser que le carré ci-dessus) et c'est ma décision finale :

    Essais frivoles

    Je suis toujours épatée par la finesse de la frivolité. Rien à voir avec le crochet. J'ai trouvé un fil fin au coloris très proche de ma laine, bien entendu pas ce rose qui ne m'a servi qu'à faire cet essai (avec erreurs, en plus!) donc je suis confiante pour le résultat final. Je pense que ce motif ira très bien.

    Mais, cela va sans dire, il me faut d'abord terminer le pull avant!

    Et avant de m'attaquer à Lichen, je dois finir mon gilet Morning Echo, ce qui devrait arriver bientôt puisque je suis au bout de ma deuxième manche! Il y a donc fort à parier que c'est de ce gilet que nous parlerons la prochaine fois! A moins que... On verra!

    A bientôt!

    Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire
  • La frivolité

    Passionnés des petites choses faites main, bonsoir!

    Aujourd'hui, nous allons parler de la frivolité, ou tatting lace en anglais (mon premier motif ci-dessus).

    C'est une dentelle à base de noeuds qui se travaille à la navette (a priori technique d'origine), à l'aiguille ou au crochet.

    On en faisait des bas de manches, des lacets, des cols et évidemment des napperons, mais aujourd'hui, c'est surtout la bijouterie qui l'utilise.

    La frivolité

    J'ai eu beau chercher, l'origine de cette technique est floue : Europe ou Orient?, XVIème ou XVIIIème siècle ? Il semblerait que plein de gens ne soient pas d'accord. En cause notamment ce portrait d'Eleonore Riego de la Branchardière, née en 1828 de mère irlandaise et de père français, qui la présente avec une navette.

    La frivolité

    Effectivement, cette navette est bien trop grande pour être utilisée tel qu'on en connaît l'usage. Il n'en reste pas moins que cette jeune femme n'a cessé de publier des livres sur le crochet et a révolutionné la technique de la frivolité avec des innovations faisant partie aujourd'hui des techniques de base.

    Passionnée par les techniques anciennes, j'ai donc voulu m'y atteler.

    Comme beaucoup de gens, j'ai appris seule, avec un livre et des tutoriels vidéo.

    Un des meilleurs tutos que j'ai pu visionner est celui de Frivole. Et pour tout le reste, regardez les vidéos de Maimai Kaito!

    C'est très plaisant et pas du tout ingrat! Rien à voir avec l'apprentissage du tricot!

    La frivolité

    Et pour couronner le tout, c'est un ouvrage qui demande peu de matériel (une navette ou deux, un crochet si la navette n'en a pas déjà un, une bobine de fil fin, une paire de ciseaux de broderie, une aiguille à coudre et bien entendu le patron), qui est peu onéreux  et qui prend très peu de place.

    Je trouve que c'est une dentelle très raffinée, délicate. Cela ne demande pas non plus une grande dextérité, mais tout de même un peu d'attention.

    Avec ce joli fil en dégradés de bleus et de verts, j'ai l'intention de réaliser un napperon pour étouffer les tic-tac mon réveil, mon premier et dernier napperon. Cela me permettra de bien me familiariser avec cette technique toute nouvelle pour moi. Mais j'ai l'intention de l'utiliser pour orner des accessoires.

    A bientôt!

    Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire
  • Détricoter... retricoter... pleurer... - fin de l'épisode

    Passionnés de tricot, bonsoir!

    Je vous parlais la semaine dernière de ma mésaventure avec le beau modèle Morning Echo...

    Après avoir détricoté un gilet presque terminé, j'ai retricoté aussitôt, alors qu'il suffisait de faire prendre un petit bain à la laine avant afin de la défriser.

    Le résultat a été sans appel : une ignominie.

    Détricoter... retricoter... pleurer... - fin de l'épisode

    Sans grand espoir, mais qui ne risque rien n'a rien, j'ai mis mon tricot sur des fils et hop! dans la baignoire!

    Une fois le tricot et son énorme pelote en cours secs, j'ai constaté un progrès notable. Voyez ci-dessous : à gauche, avant le bain, à droite, après :

    Détricoter... retricoter... pleurer... - fin de l'épisode

    C'est incontestablement mieux, mais honnêtement, vous porteriez ça, vous?

    Détricoter... retricoter... pleurer... - fin de l'épisode

    Moi, non. Ce n'est pas possible. Ayant déjà détricoté ce fil, procéder une nouvelle fois à un pénélopage est exclu. Autant dire que la laine est fichue. Donc, la mort dans l'âme, je me suis résignée et j'ai tout jeté.

    J'ai cherché longtemps dans mon stock quelque chose qui pourrait remplacer dignement ce joli bleu pour lequel, en plus, j'avais trouvé les boutons parfaits!

    Eh bien mon nouveau Morning Echo ne sera pas bleu.

    J'ai changé mes plans et et ai jeté mon dévolu sur une magnifique laine de La Pelote Vagabonde (Abri - Giboulées de mars), initialement prévue pour un pull de Jennifer Wood, et qui sublimera finalement ce beau modèle de Sweet Paprika :

    Détricoter... retricoter... pleurer... - fin de l'épisode

    Et voici ce que j'obtiens pour le moment :

    Détricoter... retricoter... pleurer... - fin de l'épisode

    J'en suis très contente car le rendu est magnifique (mais la photographie donne l'impression qu'il est gris). J'ai repris mes aiguilles 3,5 et du coup, je suis obligée de tricoter la taille au-dessus. Mais quel plaisir à tricoter! J'adore ce fil!

    En conclusion : PAR PITIE, si vous détricotez un ouvrage, lavez votre laine à l'eau tiède avant de la retravailler. Sinon, vous aurez le même résultat que moi : des larmes et un gros adieu à votre fil!

    A bientôt!

    Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire
  • Détricoter... retricoter...

    Petits fous de tricot, bonsoir!

    Aujourd'hui je vous fais part d'une malheureuse expérience qui aurait pu être profitable si j'avais pris le temps d'y réfléchir...

    Aujourd'hui je vous informe, si vous n'êtes pas déjà au courant, qu'il existe une étape incontournable entre l'acte de détricoter et celui de retricoter, sans quoi vous vous exposez au problème que je vous présente ci-dessous.

    Je vous explique :

    Il y a un bon moment, j'ai commencé ce très joli gilet de Sweet Paprika :

    Détricoter... retricoter... attention : danger!

    Ma version, en cours naturellement, ressemblait à cela :

    Détricoter... retricoter... attention : danger!

    J'avais juste troqué la bordure en mousse contre une bordure shuriken (mais nous en reparlerons une prochaine fois), et j'avais fait un entre-deux tailles pour garder le numéro d'aiguilles d'origine. J'ai tricoté les demi-devants jusqu'au bout et le dos quasiment entièrement, ce gilet se tricotant en un morceau à plat.

    Mais cette jolie bordure roulait de façon insupportable, phénomène amplifié par le jersey. Par ailleurs, lorsque j'ai repris mon ouvrage, je ne savais plus où j'en étais et quelle que fût ma méthode de calcul, je ne retombais jamais sur le nombre de mailles qui étaient sur mes aiguilles. Excédée, j'ai tout détricoté : cinq minutes de bobinoir et une énorme pelote frisée!

    J'en viens donc au sujet de cet article.

    J'ai troqué mes aiguilles 3,5 pour des 3,75 et j'ai recommencé le gilet immédiatement en suivant les instructions de la taille 2, toute contente. J'ai tricoté des côtes pour le bas et chauffe Marcel, en avant Guingamp!

    Tellement concentrée sur mes points, mes augmentations et mes diminutions, je suis arrivée à une bonne hauteur du dos, à peu près là où j'avais décidé de détricoter, en fait, sans remarquer le résultat ignoble que voici :

    Détricoter... retricoter... attention : danger!

    Et je n'ai même pas honte de vous montrer ça de plus près :

    Détricoter... retricoter... attention : danger!

    Je devais tricoter à peu près comme ça à mes débuts, lorsque j'étais petite. Pour une enfant de 7 ans, c'est très bien, mais là...

    Donc je me renseigne ( IL ETAIT TEMPS!) et voici comment ne SURTOUT PAS FAIRE COMME MOI :

    Détricoter, c'est très bien. On utilise un bobinoir si l'on en a un, on sollicite les bras d'un être aimant, ou l'on opte pour une bouteille pour enrouler le fil.

    Dès que votre laine est soigneusement mise en pelote, au bain!

    Plongez-la dans une eau tiède-froide, c'est-à-dire à peine fraîche lorsque vous y mettez votre main, laissez-la se détendre une heure environ. Essorez-la dans une grande serviette de toilette, ou pressez-la à la main, mais surtout sans la tordre, en particulier si elle n'est pas superwash.

    Laissez-la sécher tranquillement, ni au soleil, ni dans un endroit humide, sans quoi dans le premier cas gare aux surprises de décoloration, et dans le second un temps maximal de séchage avec peut-être même des odeurs de moisi...

    Une fois votre laine sèche, elle est belle, plus frisée comme la mienne ci-dessus, et vous pouvez la retricoter sereinement.

    Conclusion : en ce qui me concerne le mal étant fait, je n'envisage pas de re-détricoter une nouvelle fois. Je pense que mon fil ne s'en remettrait pas et bain ou non, le résultat serait moche de toute façon.

    Donc, je n'ai pas le choix : je dois assumer "ça".

    Je suis un peu triste, mais après tout, c'est en forgeant que l'on devient forgeron. J'ai souvent démonté et retricoté, mais jamais à cette échelle.

    Je vais finir de tricoter ce pourtant si joli modèle, je mettrai le gilet achevé dans un grand bain, et on verra bien ce que cela donne une fois celui-ci sec. Comme c'est une laine superwash, j'ai peu d'espoir. Je vous en reparlerai à ce moment-là.

    A bientôt!

    Google Bookmarks Pin It

    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique