• Lyon

    Amis des arts textiles, bonjour!

    Me voici de retour d'un séjour à Lyon!

    C'est une très belle ville, agréable et à l'ambiance sympathique. On y mange très bien (mais bon, comme partout en France) et pour ce petit blog, elle est très intéressante.

    Je ne vais pas vous faire un compte rendu de mes vacances (j'ai visité énormément de musées, le parc, et caetera), je vais me contenter de vous enjoindre à y aller!

    Toutefois, comme je le disais précédemment, Lyon est une ville pour les amoureux de la soie dont c'est la tradition et elle présente un grand intérêt pour les crocheteurs et tricoteurs!

    Tout d'abord, lumière sur la Maison des Canuts :

    Lyon

    On trouve plusieurs boutiques vendant de la soie d'origines diverses, mais aussi des ateliers traditionnels avec des possibilités d'assister à des démonstrations. Nous avons donc jeté notre dévolu sur la Maison des Canuts (ouvriers de la soie), où se trouvent quantité de machines d'époque et où nous avons suivi une visite guidée, avec démonstration du fameux métier Jacquard de presque 4 mètres de haut! Car Joseph Marie Jacquard est Lyonnais, né en 1752. Son invention permet d'automatiser le travail et simplifie ainsi la création de dessins.

    Lyon

    Mais on parle bien de métier à tisser la soie! Le tricot Jacquard est en fait le Fair Isle et nous l'appelons jacquard par analogie, eu égard aux dessins plus ou moins complexes réalisés à partir de fils de couleurs.

    Evidemment j'ai ramené quelques bricoles :

    Lyon

    Un kit de cocons à soie dont j'ai trouvé l'idée amusante, et un papillon de soie.

    Lyon

    C'est une très jolie broche (qui va parfaitement aller sur le châle que je suis en train de tricoter!) réalisée à partir d'une cravate en soie usée dont certaines parties sont encore parfaites. Vive le beau recyclage! Belle idée d'Anita Klaiber qui fait des tas d'autres choses sympathiques.

    Pour en finir avec le fil, je passe sans transition à la laine. Alors non, il n'y a pas de moutons à Lyon, ni de Lama (même pas au zoo). Mais quelqu'un de très avisé m'a dit qu'il y avait de beaux magasins de laine à Lyon. Après la grosse déception d'un magasin qui a fermé l'an passé, j'ai trouvé par hasard cette boutique :

    Lyon

    Autant dire la caverne d'Ali Baba! Ito, Isager, Lang Yarns, et plein d'autres fils de qualité! Pour information : elle va bientôt ouvrir une boutique en ligne.

    Lyon

    L'accueil y est super et on en prend plein les yeux! Je ne raffole pas de ces boutiques surchargées (sur cette photo prise sur le net, ce n'est pas très parlant, mais lorsque l'on y est, il y en a vraiment partout), mais là je dois dire que j'avais des petites étoiles dans mes petits yeux, et bien entendu j'ai craqué :

    Lyon

    J'ai acheté de quoi faire 2 pulls en Isager Alpaca 2, laine si difficile à trouver, et de quoi faire des mitaines toutes chaudes avec la désormais introuvable Misti Alpaca des Andes.

    Lyon

    Je suis repartie comme sur un nuage avec mon petit sac "I don't need a prince ; I need yarn!"

    Voilà pour mes jolies petites vacances!

    A bientôt!

     

    Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire
  • Christelle Nihoul

    Petits fous de tricot, bonsoir!

    Cela faisait longtemps que je ne vous avais pas parlé de designeuse, alors ce soir, je vous présente, pour ceux qui ne la connaissent pas encore, Christelle Nihoul (ci-dessus), une fabuleuse modéliste belge!

    J'aime beaucoup ce qu'elle fait et j'ai plusieurs de ses patrons dans ma bibliothèque. Je n'en ai réalisé encore aucun (sauf erreur de ma part), mais cela ne va pas tarder! Qui plus est, une fois n'est pas coutume, nous avons droit cette fois-ci à des patrons en français!

    Mais voyez plutôt ma petite sélection ; petite parce qu'elle est très prolifique :

    Christelle Nihoul    voici le châle Abencerage que je  vais me tricoter un jour avec de la Lace de Malabrigo

     

     

     

    Puis le châle Ascalon :

    Christelle Nihoul 

    Il est beau, hein? Et gratuit, celui-là!

    Et pour finir avec les châles, le très élégant Silver Oak (prévu pour quelqu'un, a priori en rouge)

    Christelle Nihoul

    Dans ma sélection encore, le très joli gilet Margaux

    Christelle Nihoul

    Et le pull Grassmoor que je me tricoterai également (il a l'air trop confortable et doux)

    Christelle Nihoul

    N'hésitez pas à faire un tour chez ChristallK, elle a plein de patrons plus sympas les uns que les autres! Et puis cela change un peu des anglo-saxonnes!

    Voilà, je voulais simplement partager cela avec vous.

    A bientôt!

    Google Bookmarks Pin It

    2 commentaires
  • Planchette - suite et fin!

     Amoureux du crochet, bonsoir!

    Quoi de mieux qu'un fil fin de coton et un crochet tout aussi fin pour occuper ses mains durant ses insupportables soirées de chaleur torride?

    La dernière fois, je vous parlais de la "Plann-tchette", cet outil indispensable à l'assemblage de motifs au crochet irlandais.

    Ci-dessus, la version high-level de Natalia Kotelnikova. Ci-après, ma version "après tout, puisque ça marche..."

    La dernière fois, donc, après les étapes mousse de coussin - housse en feutrine sur couvercle de boîte :

    Planchette - suite et fin!

    je vous ai dit qu'il ne manquait plus que le tissu d'ameublement... Eh bien je suis allée un tout petit peu vite, puisqu'il manquait en outre un élément juste un peu essentiel : le truc qui fera que vos aiguilles resteront bien plantées! Les dames slaves mettent généralement une feuille plastique ou de papier épais. J'ai mis la main sur une feuille de protection de colis (des fois ça sert de ne pas tout jeter) et cela donne ceci :

    Planchette - suite et fin!

    Ensuite, effectivement, j'ai enfilé mon tissu d'ameublement qui ne tient finalement que par un élastique au milieu (explications à la fin de l'article):

    Planchette - suite et fin!

    Bon, c'est vrai, il n'a pas du tout la même tête que celui de Maître Kotelnikova... Il ne restait plus qu'à le tester.

    J'avais épinglé mon boulet sur un simple coussin, mais bien rigide, dans un premier temps.

    Planchette - suite et fin!

    J'ai donc essayé l'assemblage (pour voir ensuite s'il y aurait une différence avec la planchette - après tout, nous sommes ici dans la rubrique "Les folles expériences"). Un cauchemar. Les aiguilles sortaient du coussin lorsque je tirais sur le fil. Je devais tout tenir en même temps : le crochet, le fil, le motif maintenu sur le tissu... En plus, le coussin n'arrêtait pas de bouger! Bref, je me suis bien énervée.

    Alors j'ai tout enlevé et j'ai épinglé sur ma planchette.

    Planchette - suite et fin!

    Vous remarquerez au passage que j'ai modifié la position de pas mal d'éléments et que j'en ai même ôté certains.

    Puis j'ai commencé et là, un vrai bonheur!

    Planchette - suite et fin!

    Alors je n'ai pas encore tout à fait le coup de main, mais je peux travailler sans me préoccuper d'autre chose que des mailles que je crochète. Rien ne bouge, rien ne glisse. C'est même très reposant et super agréable à faire. Soit dit en passant : une heure et demie pour faire ça!

    Et donc voici ma conclusion quant à cette folle expérience : LA PLANCHETTE C'EST GENIAL!

    Et l'heureux hasard m'a donné ce sac digne de ce nouvel instrument de mes folies filesques (Merci Madame Louise):

    Planchette - suite et fin!

    Et me voici heureuse comme tout (eh oui, bien souvent, cela ne tient pas à grand chose), motivée à bloc, et même plus peur du thermomètre!

    Le seul hic est que je l'ai faite un peu trop haute, cette planchette. J'ai retiré la moitié de la mousse, mais c'est insuffisant. Je pense découdre la housse et lui donner une hauteur de 7 cm maximum (marges de couture comprises), et là, je mettrai l'élastique correctement sur le tissu gris. D'ailleurs, si j'avais été un peu plus observatrice, j'aurais bien vu sur la photographie de Mme Kotelnikova que ce n'est pas si haut que ça...

    Mais je ferai ça cet automne, car ma planchette est quelque peu occupée!

    A bientôt (le lundi 1er juillet pour être précise, avec le rendez-vous boulet!)

    Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire
  • Planchette

    Passionnés de crochet, bonsoir!

    Alors non, ce qui se trouve au-dessus n'est pas une de mes réalisations, mais j'aimerais bien! Il s'agit du travail de la grandissime Natalia Kotelnikova (regardez sa chaîne sur Youtube!). Voici pour un très léger aperçu de ses ouvrages :

    Planchette

    Autant dire que si nous portons le même prénom, nous ne jouons absolument pas dans la même catégorie!

    Non, je vous ai mis cette photographie parce que le sujet qui nous occupe aujourd'hui, c'est la planchette, et que l'on y voit de belles choses crochetées fixées sur une planchette!

    Voici un aperçu global de ce qu'est une planchette :

    Planchette

    Je suis désolée ; malgré mes efforts je n'ai pas trouvé de meilleur exemple à vous montrer. Il faut dire que la raison principale est tout simplement que cet outil n'existe pas. Allez sur n'importe quel site qui vend du matériel pour crochet et tapez planchette. Vous êtes partis pour une bonne tranche de rire!

    Donc, qu'est-ce?

    C'est un outil pour assembler les motifs crochetés au "crochet irlandais" qui est une technique de crochet où l'on réalise de toutes petites choses très fines et très minutieuses en un temps incroyablement long! Bref, amis horlogers, brodeurs pour cadres de montres, soudeurs de nano parties électroniques, vous voici à l'aise dans cette discipline!

    Planchette

    Les anglo-saxonnes utilisent généralement un simple coussin. Simple puisqu'à peu près tout le monde a un coussin chez soi.

    Pas pratique en revanche je trouve. Le coussin glisse, s'affaisse...

    Les slaves sont ingénieuses et pleines de ressources. Elles ont conçu la "Planntchett". Me voici donc partie pour confectionner la mienne!

    La planchette se compose de :

    • un socle rigide en carton, plastique, contre-plaqué (pour moi le couvercle d'un boîte de 36 x 27 cm

    Planchette

     

    • Puis une mousse épaisse (2 mousses de chaises, 1 grosse mousse de coussin) pour ma part une mousse de coussin dans sa housse et pour avoir quelque chose de plus rigide, j'ai aussi fait une housse en feutrine de 10 cm de hauteur avant couture (avec fermeture éclair parce que tôt ou tard il faudra la remplacer, cette mousse) - j'ai prévu 10 cm parce que je couds tout à la main et que j'utilise plus que les 0,50 cm de marge prévus pour la couture.

    Planchette

    Planchette

    Planchette

    • On pose donc la mousse sur le socle

    Planchette

    • Et il ne reste plus qu'à fixer le tout grâce à une housse avec un bon tissu où l'on pourra planter et replanter des tas d'aiguilles, maintenue sous le socle grâce à un élastique

    Planchette

    Bon, évidemment je n'ai pas eu le temps de la finir, alors j'ai juste posé le joli tissu d'ameublement gris clair sur mon montage pour vous montrer. Promis, dès qu'elle sera terminée je vous en reparle!

    Mais j'en profite pour poser dessus ma première fleur terminée de mon prochain gilet (j'ai mis 1 heure pour la faire!) et ma seconde en cours :

    Planchette

    J'espère la finir au plus vite car elle va bientôt servir!

    A bientôt! 

    Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire
  • Les marqueurs de maille

     Amoureux du tricot, bonsoir!

    Aujourd'hui, je souhaite aborder le sujet si épineux des marqueurs de mailles.

    Alors, tout d'abord, il est absolument évident que ces accessoires sont loin d'être indispensables.

    Toutefois, force est de constater que dès lors qu'ils sont essayés, ils sont presque toujours immédiatement adoptés. En effet, exemptant de compter les mailles, ils permettent de se concentrer sur le point que l'on tricote, ou tout simplement de marquer le début du rang (fort salutaire lorsque l'on travaille en rond).

    Beaucoup de styles de marqueurs existent, et je crois les avoir à peu près tous essayés. Cet article a donc pour but de vous rendre attentifs à deux trois choses avant l'achat (ou pourquoi pas la fabrication) de vos marqueurs.

    • 1er modèle (photographies du net ci-dessus) de grands distributeurs : l'anneau simple

    Beaucoup de personnes sont à l'aise avec ce style, mais pour ma part, je les ai détestés. Les modèles aux extrémités sont inadaptés à la rondeur de l'aiguille, et j'ai éprouvé une gêne pour les faire glisser.

    Par ailleurs, et c'est aussi le cas du modèle du milieu, ils ont souvent un diamètre important : jusqu'à 15 mm! Pas très pratique lorsque l'on travaille avec du 3 et que l'anneau chevauche plusieurs mailles.

    • 2ème modèle de grands distributeurs: les marqueurs inadaptés

    Les marqueurs de maille

    Si les premiers sont supers pour le crochet, ils sont, à mon avis (c'est toujours une question d'habitude, de façon de tricoter et de goût personnel) totalement nuls pour le tricot. Ils sont tout simplement trop épais et j'ai remarqué une légère démarcation sur mon tricot, à l'endroit pile ou se trouvaient ces marqueurs.

    Les seconds, s'ils sont beaucoup plus fins et n'engendrent pas le problème énoncé ci-dessus, m'ont causé le désagrément de rester accrochés au fil. Peut-être n'ai-je eu pas de chance, mais cela m'est arrivé plusieurs fois. Avec des laines de qualité, il y a de quoi pester.

    • 3ème modèle (fabriqué par de petits créateurs) : les marqueurs de mailles qui n'en sont pas

    Les marqueurs de maille

    Ils sont très beaux, mais ne servent pas à marquer les mailles, car ils provoquent les mêmes désagréments que les épingles précitées. En revanche, le 1er modèle est un super marqueur de progrès (attention au poids tout de même, car il est accroché à une seule maille et risque de la déformer irrémédiablement), le second doit servir à autre chose car le fermoir est trop petit (sauf si l'on tricote du fil dentelle, mais à nouveau attention au poids).

     

    BON, y a-t-il des marqueurs adaptés? A lire cet article, on dirait un plaidoyer pour l'abandon des marqueurs de mailles!

    OUI, bien sûr, il y en a. Mais il faut être attentifs à quelques détails.

    • 4ème modèle : les jolis anneaux

    Les marqueurs de maille

    Ce modèle a sans nul doute ma préférence. Mais attention à l'anneau lui-même. Comme vous le voyez ci-dessus, ce marqueur a une large propension à rester accroché à votre fil car il n'est pas bien fermé.

    On lui préfèrera celui-ci :

    Les marqueurs de maille

    Aucun risque d'accrochage, facile à glisser, adaptable à toute taille d'aiguilles (pour peu que le diamètre soit précisé) : ce modèle a incontestablement ma faveur. C'est sur cette base que je fabrique les miens.

    • 5ème modèle : les pendants

    Les marqueurs de maille

    On trouve ce modèle chez les grands distributeurs. Si l'on tricote avec des aiguilles de moins de 4 mm, c'est l'enfer. Ils sont trop gros.

    Les marqueurs de maille

    Les petits créateurs font des choses très jolies, mais attention! Je me suis faite avoir tout dernièrement. Soyez attentifs à la finition. Ci-dessous, vous verrez que le fil câblé dépasse considérablement de la perle. En d'autres termes, vous pouvez être sûrs que du feutrage et divers accrochages sont à prévoir!

    En revanche, avec ce modèle ci-dessous, aucun souci!

    Les marqueurs de maille

    Les bouts de câbles sont bien protégés. Il n'y a aucun risque à utiliser ces jolis marqueurs! C'est sur cette base que je suis en train d'en fabriquer.

    • Conclusion

    Travailler avec des marqueurs de maille est une question d'habitude (super vite prise puisqu'elle évite de compter).

    On met un ou des marqueurs entre autres pour

    - marquer le début du rang (tricot en rond)

    - séparer les répétitions d'une grille (on sait toujours où on en est et on repère très vite une erreur)

    - marquer les emplacements des diminutions ou des augmentations

    L'important est d'utiliser des marqueurs adaptés et sécurisés pour ne pas abîmer la belle laine que l'on travaille, voire le tricot lui-même.

    Leur forme est une pure question de goût. Certains préfèrent les anneaux, d'autres les pendants. Comme je le dis souvent, les meilleurs sont ceux que vous préférez!

    Il suffit d'être attentif aux finitions pour que votre tricot reste intègre (c'est tout de même mieux), après quoi vous pouvez vraiment vous faire plaisir!

    J'espère que cet article vous aura été utile! Bon tricot!

    A bientôt!

     

    Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique