• Garde-robe minimaliste

    Passionnés de choses faites avec vos petites mimines, bonsoir!

    Voilà des mois que cette idée me trotte dans la tête, et puis j'ai fini par me lancer : me constituer une garde-robe minimaliste! J'avais déjà fait des essais, mais assez infructueux, alors j'ai repris les choses sérieusement.

    J'imagine que la plupart d'entre vous connaissent déjà le concept, mais je vais me permettre de l'expliquer rapidement pour ceux qui n'en ont jamais entendu parler.

    Il s'agit d'avoir une garde-robe de petite voire de très petite taille, dont toutes les pièces vont ensemble et surtout que l'on aime toutes. On s'installe donc dans le durable, l'écologique, avec des économies à la clef (puisque l'on ne fait plus tellement les boutiques de vêtements), du temps gagné pour préparer une tenue le matin ou le soir, de la confiance en soi retrouvée ou acquise, et le plaisir de se sentir bien dans ses vêtements, toujours. Et sûrement plein d'autres choses que j'oublie là maintenant.

    Garde-robe minimaliste

    Donc, voici un projet fort intéressant.

    Pour ma part, cela a été très compliqué et très simple à la fois, mais bon, ne mettons pas la charrue avant les boeufs.

    Etape 1 : le tri

    Pour commencer, on trie ses vêtements en ne gardant que ceux que l'on aime, qui nous vont bien et dans lesquels on se sent à l'aise. Pour ma part, j'avais déjà effectué ma sélection dans le cadre de la méthode Marie Kondo, donc j'ai juste refait des essayages, mais j'ai écarté pas mal de vêtements que j'ai finalement gardés, mais je vous expliquerai ça plus loin.

    Garde-robe minimaliste

    Une fois que vous avez emballé les affaires à donner et jeté les affaires hors d'usage (si si, on a tous des trucs portés au-delà de la limite du raisonnable que l'on garde parce qu'ils remplissent les critères ci-dessus), regardez bien ce qu'il vous reste.  A priori, vos couleurs, vos coupes préférées sont là, ainsi que votre sacro-saint Style.

    J'ai lu plein de choses là-dessus parce qu'il me paraissait important de déterminer une harmonie, mais j'en ai finalement déduit que je n'en avais pas (ni boho, ni chic, ni casual, ni ni ni). Quelques personnes insistent sur le fait que le "vrai" style est quelque chose de personnel. Bon, cela ne m'aide pas, mais en même temps, j'ai décidé unilatéralement que ce qui me plaît ira forcément avec le reste si je respecte un code couleur.

    Etape 2 : déterminer une palette de couleurs

    Bonjour le casse-tête, me suis-je dit.

    On peut trouver des tas de théories de colorimétrie qui déterminent vos couleurs en fonction de celles de votre teint, vos yeux, vos cheveux, celles qui ne vous donneront pas l'air malade ou fatiguée.

    Quitte à faire une révolution dans ma penderie, je me suis dit que cela faisait partie du cheminement et je me suis donc prêtée au jeu. A ma grande surprise, les couleurs qui me vont sont celles de ma penderie actuelle. Ce sont celles que j'aime. En fait, spontanément, nous choisissons des couleurs qui nous vont. J'en ai quand même l'une ou l'autre qui ne sont pas dans ma palette, mais je m'en fiche. Je n'ai pas l'intention de m'interdire quoi que ce soit à ce stade, et surtout pas à ce prétexte!

    Garde-robe minimaliste

    Puis vient le challenge ultime : associer les couleurs! Mais comme il se fait en même temps que les étapes suivantes, passons à la suite.

    Etape 3 : le nombre de vêtements

    Là encore, il y a plein de théories sur le nombre de pièces à avoir, et on trouve même pléthore de listes ou vidéos d'exemples de vêtements respectant ces théories.

    Je m'en suis quand même farci quelques unes, histoire de ne passer à côté de rien, mais je ne suis pas certaine que cela m'ait apporté quelque chose.

    Il y a le projet 10 x 10 de Lee Vosburgh qui consiste à ne porter que 10 vêtements pendant 10 jours.

    Impossible pour moi. Refaire sa penderie tous les dix jours me paraît un travail inutile et désagréable, ranger dans une boîte ou une valise, remettre dans la commode ou la penderie, et cela 36 fois par an? Et où mettre toutes ces boîtes? J'aurais probablement l'impression de faire cela tout le temps. C'est que ça passe vite, 10 jours. Rien que d'y penser, je me sens engourdie de fatigue!

    Garde-robe minimaliste

    Il y a le projet 333 de Courtney Carver. Il s'agit de définir 33 pièces à porter pendant 3 mois, c'est-à-dire par saison (printemps, été, automne, hiver). Ces pièces incluent les bijoux, les chaussures, mais pas les pyjamas, les chaussettes, la lingerie...

    Constituer une garde-robe par saison me paraît plus judicieux, d'autant que j'habite dans une région semi-continentale où il fait froid en hiver, étouffant en été, et où le printemps et l'automne sont un glissement pluvieux entre deux saisons marquées.

    Cela me fait 3 collections : demi-saison, été, hiver. Ranger les vêtements d'une saison qui se termine et sortir ceux de la suivante est déjà une chose que je fais, alors je me sens confiante.

    Mais quel nombre? 33? Pourquoi? J'avoue avoir été un peu décontenancée, et en faisant ma liste idéale, carrément découragée.

    Garde-robe minimaliste

    Je vais donc vous donner le seul conseil qui m'a paru judicieux : déterminez le nombre de vêtements dont vous avez besoin en termes de tenues et en fonction du nombre de lessives que vous faites par semaine.

    Pour ma part, j'ai déterminé que 10 jours était une période idéale. Je porte essentiellement des pantalons et des chemises, avec gilets et pulls en demi-saison et en hiver. Cela revient par exemple à avoir 10 tops manches courtes ou chemisettes pour l'été.

    Selon vos activités et leur fréquence, (sport deux fois par semaine par exemple), vous aurez forcément besoin de pièces supplémentaires spécifiques.

    Je suis arrivée à 35 juste pour les pièces à porter au travail (pantalons, chemises, gilets, pulls, chaussures, châles, bonnets, chapeaux, gants, vestes) et sans le faire exprès, pour toutes les saisons! J'ai commencé par la collection Printemps-Automne, et j'ai adapté ma liste idéale pour l'Hiver et pour l'Eté. J'ai exclu les bijoux parce que j'ai 7 piercings, et que cela est trop fastidieux d'établir ainsi des listes. Par ailleurs, étant déjà passée par la méthode KonMari, il ne me reste pas grand chose, donc j'ai jugé cela négligeable.

    Etape 4 : les associations et les couleurs

    Maintenant que nous savons de quoi doit être garnie notre penderie, il convient d'en vérifier l'adéquation avec les tas de vêtements restés sur notre lit. J'ai retrié les vêtements par saison, et là : catastrophe!

    D'abord je n'avais pas assez de vêtements tout court (phénomène déjà constaté avec le tri à la Marie Kondo, et même avant, d'ailleurs - problème partagé par personne apparemment, car celles qui se sont attelées à cela en avait de sacrées quantités), et en dehors des vêtements d'été où clairement il y avait une dominante bleue, le reste relevait du Carnaval pur!

     Garde-robe minimaliste

     Il m'a paru donc urgent de déterminer des couleurs pas saison. En consultant les exemples de garde-robes minimalistes (appelées aussi capsules), j'ai constaté qu'on avait essentiellement des couleurs neutres : beige, camel, blanc, bleu marine, noir, même si plein de gens insistent sur les touches de couleurs (apportées par les accessoires) et les imprimés.

    Comme c'est triste! Et quel intérêt de déterminer sa colorimétrie si c'est pour être en noir et blanc tous les jours? Je refuse catégoriquement de dire adieu à mes couleurs. J'ai donc déterminé, en fonction de la dominante (très relative) et de mes goûts, une palette pour chaque saison.

    J'ai trouvé beaucoup de choses sur comment associer les couleurs des vêtements (bases neutres pour le bas et couleur pour le haut), et je me suis rappelée les mots de Stephen West. La seule chose qui m'ait vraiment marquée était sa notion de neutre : votre neutre est votre couleur préférée and just pop it!

    Garde-robe minimaliste

    Cela donne chocolat et vert d'eau pour la demi-saison, bleu pour l'été, violet et gris pour l'hiver, avec des touches ça et là de canard, lavande, bleu ciel ou bleu nuit.

    En me référant à ma liste idéale, j'ai rempli mon armoire et et ai donc dû reprendre des vêtements du tas "à donner" pour compléter ce qui manquait. Au final, j'ai beaucoup plus à acquérir qu'à garder!

    De plus, comme je vous l'ai déjà écrit par le passé, je souhaite constituer ma garde-robe par des vêtements faits par mes soins, d'abord au crochet et au tricot, mais par la suite à la machine à coudre.

    Du coup, c'est sûr, ma garde-robe ne sera pas finalisée avant longtemps!

    Garde-robe minimaliste

    Ayant gagné cette première bataille, j'ai re-trié ensuite mes laines et mes tissus, ce qui a été très rapide parce que finalement, l'essentiel de mes couleurs était déjà là. Cela m'a grandement réconfortée.

    Conclusion de cette expérience

    Evidemment, il faudra faire un bilan de tout ça bien plus tard, mais pour le moment, je suis assez contente. Même si ma garde-robe est loin de ressembler à ma liste idéale, je sais qu'elle est fonctionnelle, 100% portée (sauf peut-être les pièces reprises que j'évite en fait, mais que je mets parce que je n'ai plus le choix). Le matin, je peux prendre ce qui vient et ça marche! On peut créer bien plus de tenues que ce que l'on imagine au départ, puisque tout va ensemble. J'aime énormément cette idée.

    Je vais remplacer les pièces manquantes ou pas dans la palette au fur et à mesure de mes réalisations et de temps en temps, par une pièce achetée en boutique. L'essentiel est de respecter la règle : un vêtement acheté ou réalisé, un vêtement donné. Le nombre préalablement défini doit rester stable.

    Comme je n'ai pas beaucoup de place, et que je suis déjà très loin d'être une fashion victime (sauf pour les sacs, en fait, mais on a tous notre truc), c'est parfait pour moi.

    Garde-robe minimaliste

    Ce gros travail effectué, je peux enfin souffler, mais vraiment cela valait la peine de prendre du temps pour réfléchir à cette garde-robe.

    J'espère que cela vous aura été utile!

    A bientôt!

    Google Bookmarks Pin It

    2 commentaires
  • Premier bracelet frivole à perles

    Braves gens, bonsoir!

    Entre le tricot de ma deuxième manche du pull Lichen (si si, un jour prochain il sera terminé!) de ma chaussette Serpentine, et le crochet de quelques mini scrubbers supplémentaires, je m'essaie à la frivolité et cette fois-ci, j'ai tenté ce bracelet perlé.

    Je suis partie d'une vidéo sur Youtube qui ne montrait qu'un anneau et qui n'avait pas de modèle. J'ai donc, à partir de l'image arrêtée, tenté de retrouver le patron. C'est dire si je n'ai peur de rien!

    Premier bracelet frivole à perles

    Le résultat est très proche, mais pas aussi joli que l'original. Je pense qu'il faut le retravailler.

    Et je crois que c'est parce que je n'ai pas d'expérience, mais les anneaux se retournent et les motifs se contractent. Il est sans doute trop tôt pour moi pour tenter ce genre de choses. Ou peut-être le fil n'est-il pas assez rigide? Si quelqu'un connaît la vraie raison, merci de me le faire savoir!

    Du coup, il a un aspect plutôt bizarre, ce bracelet!

    Premier bracelet frivole à perles

    Je pense que je vais le retenter avec un fil plus épais pour voir. C'est un peu dommage parce que j'aimais bien ce mélange de fil bleu nuit avec ces perles à reflets bleus et violets.

    M'est avis que ce n'est pas pour tout de suite!

    A bientôt avec, je l'espère, mon pull Lichen enfin achevé!

    Google Bookmarks Pin It

    2 commentaires
  • Essais frivoles

    Raides dingues de petites choses faites main, bonsoir!

    Comme convenu, je vous présente ce soir, en premier lieu, mon mini napperon qui sert à étouffer les tic-tac de mon réveil (eh oui, j'utilise un bon vieux réveil pour me lever le matin, sans sms ou mail au milieu de la nuit), napperon que voici :

    Essais frivoles

    Il a rempli son office en me permettant de bien me familiariser avec la technique de la frivolité.

    J'ai fait une tentative de galon pour parer une pochette, et comme je trouvais le résultat sympa, j'en ai fait un bracelet!

    Essais frivoles

    Mais mon véritable objectif dans l'immédiat, est de trouver une jolie dentelle pour finir les manches de mon pull Lichen dont voici le modèle original :

    Essais frivoles

    Je n'ai qu'une photographie du début de mon ouvrage, mais j'ai presque terminé le corps :

    Essais frivoles

    Je voulais faire des manches longues, mais je n'aurai pas assez de fil, d'où l'idée d'une dentelle pour tricher un peu.

    J'ai essayé ça :

    Essais frivoles

    C'est très joli (malgré mes erreurs), mais le carré à assembler ne va pas très bien avec la bordure torsadée de la modéliste.

    Alors j'ai tenté totalement autre chose (qui me paraissait compliqué mais qui s'est avéré nettement plus simple à réaliser que le carré ci-dessus) et c'est ma décision finale :

    Essais frivoles

    Je suis toujours épatée par la finesse de la frivolité. Rien à voir avec le crochet. J'ai trouvé un fil fin au coloris très proche de ma laine, bien entendu pas ce rose qui ne m'a servi qu'à faire cet essai (avec erreurs, en plus!) donc je suis confiante pour le résultat final. Je pense que ce motif ira très bien.

    Mais, cela va sans dire, il me faut d'abord terminer le pull avant!

    Et avant de m'attaquer à Lichen, je dois finir mon gilet Morning Echo, ce qui devrait arriver bientôt puisque je suis au bout de ma deuxième manche! Il y a donc fort à parier que c'est de ce gilet que nous parlerons la prochaine fois! A moins que... On verra!

    A bientôt!

    Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire
  • La frivolité

    Passionnés des petites choses faites main, bonsoir!

    Aujourd'hui, nous allons parler de la frivolité, ou tatting lace en anglais (mon premier motif ci-dessus).

    C'est une dentelle à base de noeuds qui se travaille à la navette (a priori technique d'origine), à l'aiguille ou au crochet.

    On en faisait des bas de manches, des lacets, des cols et évidemment des napperons, mais aujourd'hui, c'est surtout la bijouterie qui l'utilise.

    La frivolité

    J'ai eu beau chercher, l'origine de cette technique est floue : Europe ou Orient?, XVIème ou XVIIIème siècle ? Il semblerait que plein de gens ne soient pas d'accord. En cause notamment ce portrait d'Eleonore Riego de la Branchardière, née en 1828 de mère irlandaise et de père français, qui la présente avec une navette.

    La frivolité

    Effectivement, cette navette est bien trop grande pour être utilisée tel qu'on en connaît l'usage. Il n'en reste pas moins que cette jeune femme n'a cessé de publier des livres sur le crochet et a révolutionné la technique de la frivolité avec des innovations faisant partie aujourd'hui des techniques de base.

    Passionnée par les techniques anciennes, j'ai donc voulu m'y atteler.

    Comme beaucoup de gens, j'ai appris seule, avec un livre et des tutoriels vidéo.

    Un des meilleurs tutos que j'ai pu visionner est celui de Frivole. Et pour tout le reste, regardez les vidéos de Maimai Kaito!

    C'est très plaisant et pas du tout ingrat! Rien à voir avec l'apprentissage du tricot!

    La frivolité

    Et pour couronner le tout, c'est un ouvrage qui demande peu de matériel (une navette ou deux, un crochet si la navette n'en a pas déjà un, une bobine de fil fin, une paire de ciseaux de broderie, une aiguille à coudre et bien entendu le patron), qui est peu onéreux  et qui prend très peu de place.

    Je trouve que c'est une dentelle très raffinée, délicate. Cela ne demande pas non plus une grande dextérité, mais tout de même un peu d'attention.

    Avec ce joli fil en dégradés de bleus et de verts, j'ai l'intention de réaliser un napperon pour étouffer les tic-tac mon réveil, mon premier et dernier napperon. Cela me permettra de bien me familiariser avec cette technique toute nouvelle pour moi. Mais j'ai l'intention de l'utiliser pour orner des accessoires.

    A bientôt!

    Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire
  • Détricoter... retricoter... pleurer... - fin de l'épisode

    Passionnés de tricot, bonsoir!

    Je vous parlais la semaine dernière de ma mésaventure avec le beau modèle Morning Echo...

    Après avoir détricoté un gilet presque terminé, j'ai retricoté aussitôt, alors qu'il suffisait de faire prendre un petit bain à la laine avant afin de la défriser.

    Le résultat a été sans appel : une ignominie.

    Détricoter... retricoter... pleurer... - fin de l'épisode

    Sans grand espoir, mais qui ne risque rien n'a rien, j'ai mis mon tricot sur des fils et hop! dans la baignoire!

    Une fois le tricot et son énorme pelote en cours secs, j'ai constaté un progrès notable. Voyez ci-dessous : à gauche, avant le bain, à droite, après :

    Détricoter... retricoter... pleurer... - fin de l'épisode

    C'est incontestablement mieux, mais honnêtement, vous porteriez ça, vous?

    Détricoter... retricoter... pleurer... - fin de l'épisode

    Moi, non. Ce n'est pas possible. Ayant déjà détricoté ce fil, procéder une nouvelle fois à un pénélopage est exclu. Autant dire que la laine est fichue. Donc, la mort dans l'âme, je me suis résignée et j'ai tout jeté.

    J'ai cherché longtemps dans mon stock quelque chose qui pourrait remplacer dignement ce joli bleu pour lequel, en plus, j'avais trouvé les boutons parfaits!

    Eh bien mon nouveau Morning Echo ne sera pas bleu.

    J'ai changé mes plans et et ai jeté mon dévolu sur une magnifique laine de La Pelote Vagabonde (Abri - Giboulées de mars), initialement prévue pour un pull de Jennifer Wood, et qui sublimera finalement ce beau modèle de Sweet Paprika :

    Détricoter... retricoter... pleurer... - fin de l'épisode

    Et voici ce que j'obtiens pour le moment :

    Détricoter... retricoter... pleurer... - fin de l'épisode

    J'en suis très contente car le rendu est magnifique (mais la photographie donne l'impression qu'il est gris). J'ai repris mes aiguilles 3,5 et du coup, je suis obligée de tricoter la taille au-dessus. Mais quel plaisir à tricoter! J'adore ce fil!

    En conclusion : PAR PITIE, si vous détricotez un ouvrage, lavez votre laine à l'eau tiède avant de la retravailler. Sinon, vous aurez le même résultat que moi : des larmes et un gros adieu à votre fil!

    A bientôt!

    Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique