• Détricoter... retricoter...

    Petits fous de tricot, bonsoir!

    Aujourd'hui je vous fais part d'une malheureuse expérience qui aurait pu être profitable si j'avais pris le temps d'y réfléchir...

    Aujourd'hui je vous informe, si vous n'êtes pas déjà au courant, qu'il existe une étape incontournable entre l'acte de détricoter et celui de retricoter, sans quoi vous vous exposez au problème que je vous présente ci-dessous.

    Je vous explique :

    Il y a un bon moment, j'ai commencé ce très joli gilet de Sweet Paprika :

    Détricoter... retricoter... attention : danger!

    Ma version, en cours naturellement, ressemblait à cela :

    Détricoter... retricoter... attention : danger!

    J'avais juste troqué la bordure en mousse contre une bordure shuriken (mais nous en reparlerons une prochaine fois), et j'avais fait un entre-deux tailles pour garder le numéro d'aiguilles d'origine. J'ai tricoté les demi-devants jusqu'au bout et le dos quasiment entièrement, ce gilet se tricotant en un morceau à plat.

    Mais cette jolie bordure roulait de façon insupportable, phénomène amplifié par le jersey. Par ailleurs, lorsque j'ai repris mon ouvrage, je ne savais plus où j'en étais et quelle que fût ma méthode de calcul, je ne retombais jamais sur le nombre de mailles qui étaient sur mes aiguilles. Excédée, j'ai tout détricoté : cinq minutes de bobinoir et une énorme pelote frisée!

    J'en viens donc au sujet de cet article.

    J'ai troqué mes aiguilles 3,5 pour des 3,75 et j'ai recommencé le gilet immédiatement en suivant les instructions de la taille 2, toute contente. J'ai tricoté des côtes pour le bas et chauffe Marcel, en avant Guingamp!

    Tellement concentrée sur mes points, mes augmentations et mes diminutions, je suis arrivée à une bonne hauteur du dos, à peu près là où j'avais décidé de détricoter, en fait, sans remarquer le résultat ignoble que voici :

    Détricoter... retricoter... attention : danger!

    Et je n'ai même pas honte de vous montrer ça de plus près :

    Détricoter... retricoter... attention : danger!

    Je devais tricoter à peu près comme ça à mes débuts, lorsque j'étais petite. Pour une enfant de 7 ans, c'est très bien, mais là...

    Donc je me renseigne ( IL ETAIT TEMPS!) et voici comment ne SURTOUT PAS FAIRE COMME MOI :

    Détricoter, c'est très bien. On utilise un bobinoir si l'on en a un, on sollicite les bras d'un être aimant, ou l'on opte pour une bouteille pour enrouler le fil.

    Dès que votre laine est soigneusement mise en pelote, au bain!

    Plongez-la dans une eau tiède-froide, c'est-à-dire à peine fraîche lorsque vous y mettez votre main, laissez-la se détendre une heure environ. Essorez-la dans une grande serviette de toilette, ou pressez-la à la main, mais surtout sans la tordre, en particulier si elle n'est pas superwash.

    Laissez-la sécher tranquillement, ni au soleil, ni dans un endroit humide, sans quoi dans le premier cas gare aux surprises de décoloration, et dans le second un temps maximal de séchage avec peut-être même des odeurs de moisi...

    Une fois votre laine sèche, elle est belle, plus frisée comme la mienne ci-dessus, et vous pouvez la retricoter sereinement.

    Conclusion : en ce qui me concerne le mal étant fait, je n'envisage pas de re-détricoter une nouvelle fois. Je pense que mon fil ne s'en remettrait pas et bain ou non, le résultat serait moche de toute façon.

    Donc, je n'ai pas le choix : je dois assumer "ça".

    Je suis un peu triste, mais après tout, c'est en forgeant que l'on devient forgeron. J'ai souvent démonté et retricoté, mais jamais à cette échelle.

    Je vais finir de tricoter ce pourtant si joli modèle, je mettrai le gilet achevé dans un grand bain, et on verra bien ce que cela donne une fois celui-ci sec. Comme c'est une laine superwash, j'ai peu d'espoir. Je vous en reparlerai à ce moment-là.

    A bientôt!

    Google Bookmarks Pin It

    2 commentaires
  • Sac années 20 : fini!

    Passionnés de petites choses, bonsoir!

    Et voilà : j'ai terminé mon petit sac! Je l'adore! Il a la bonne contenance, les finitions sont plutôt bien faites, il est léger et fonctionnel!

    Ma fleur crochetée rend plutôt bien.

    Pour l'arrière du sac, comme dit la dernière fois, j'ai respecté le modèle initial. Comme j'ai utilisé le même tissu pour les côtés du sac et la tige et les feuilles, je trouve le résultat agréable à l'oeil.

    Sac années 20 : fini!

    J'aime vraiment beaucoup sa forme.

    Sac années 20 : fini!

    Et donc il ne me quitte plus! J'ai fini ma panoplie avec une housse matelassée pour mon portable :

    Sac années 20 : fini!

    et un petit porte-monnaie.

    Sac années 20 : fini!

    Voici donc enfin la longue séance couture! Bientôt, j'aurai une machine à coudre. Je me lancerai alors dans des projets de plus grande envergure mais moins notables et qui mettront 10 fois moins de temps à aboutir, environ.

    Je retrouve désormais pleinement et avec beaucoup de plaisir mes crochets et aiguilles à tricoter. Si tout va bien, la prochaine fois, nous parlerons chaussettes!

    A bientôt!

     

    Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire
  • Sac années 20

    Raides dingues de choses faites main, bonjour!

    Je sais, je sais : ces derniers temps, je cause beaucoup couture. Rassurez-vous, cela ne va pas durer. Dès mes petits projets terminés, que, une fois n'est pas coutume, je ne lâcherai pas tant qu'ils ne seront pas terminés, je reprends mes aiguilles et mes crochets avec un immense plaisir! C'est même avec une gesticulante impatience que j'attends que le thermomètre affiche des températures normales pour enfin pouvoir m'y remettre sérieusement! En effet, je n'ai pas tout à fait abandonné mes ouvrages!

    Mais revenons à nos moutons. Je vous ai déjà parlé de Redquilt, ces dames (peut-être coréennes?) qui font du patchwork à la main et la machine et qui mettent à disposition des aventureuses, patrons et vidéos de tutoriels.

    Parmi plein de choses intéressantes, il y a ce sac ci-dessus.

    Il m'a immédiatement tapé dans l'oeil pour son look années 20. Or, je suis particulièrement sensible à l'esthétique de ces années-là. J'ai trouvé de beaux coupons et, merci encore à toutes ces personnes qui partagent leur savoir-faire sur internet, je me suis lancée, en totale novice que je suis.

    Tout d'abord, restant crocheteuse, j'ai fait un essai de fleur avec un coton changeant qui comportait toutes les teintes de mes tissus.

    Sac années 20

    Ce coeur de fleur et son premier pétale ne m'ont pas convaincue. J'ai donc opté pour des coloris unis, toujours dans les tons de mes tissus.

    Sac années 20

    Cela m'a beaucoup plu, alors je l'ai terminée et elle est actuellement en blocage :

    Sac années 20

    Le modèle est celui d'Irina Nikolaeva. La première partie est ici, la seconde,  ,pour ceux qui voudraient s'y essayer. Comme d'habitude, ce n'est pas en français, mais il suffit de regarder. Crocheteurs débutants ou pas très assurés, attendez un peu avant de vous attaquer à cela : c'est tout de même un peu difficile.

    La fleur, le lacet roumain pour la tige et deux jolies feuilles crochetées pour le devant du sac, j'ai fait ma VRAIE première pièce quiltée! J'ai commencé par le dos du sac sur lequel j'ai fait l'appliqué comme sur le modèle (j'ai juste inversé le sens des feuilles parce que ça me convenait mieux comme cela) :

    Sac années 20

    Je suis plutôt contente du résultat que je n'osais pas espérer aussi sympa! J'ai ajouté un bouton magnétique à l'intérieur pour fermer correctement :

    Sac années 20

    J'adore ces tissus!

    Avec les chutes, et parce que j'en ai assez que tout s'abîme, j'ai décidé de confectionner toutes sortes d'accessoires. D'abord un petit pique-aiguilles de Diy HandyMum Lin TV et son tutoriel tout simple :

    Sac années 20

    Et puis, pour mes clefs, un tutoriel de Redquilt que j'ai simplement dessiné pour l'adapter à la taille de mon trousseau :

    Sac années 20

    Sac années 20

    Et bien sûr, j'ai crocheté le lacet roumain en guise de cordelette. Le lacet roumain, c'est mon addiction suprême. Je pourrais en crocheter des mètres sans me lasser, phénomène que je ne m'explique pas attendu que je déteste les choses trop répétitives. Mais bon, laissez tomber les boules anti-stress et crochetez du lacet roumain ; vous me comprendrez sûrement!

    Je n'ai pas encore terminé ce sac, mais cela ne saurait tarder, et promis je vous le montrerai alors. J'ai encore des accessoires à quilter ou coudre pour remplir ce joli sac des années 20, alors je m'y attèle immédiatement et vous dis

    à bientôt!

    Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire
  • Mon premier sac Redquilt!

    Petits fous de choses faites mains, bonsoir!

    Non, je ne me suis pas évaporée avec ces fortes chaleurs (encore qu'il s'en est fallu de peu!), mais je n'avais pas grand chose à vous présenter, pas d'idée... à mettre sur le compte du thermomètre, à n'en point douter!

    Je me suis lancée un défi de taille : réaliser ce sac que vous pouvez voir ci-dessus. Il s'agit d'un tutoriel gratuit des fabuleuses créatrices de Redquilt. Faites abstraction de la langue, il s'agit surtout de regarder.

    J'adore Youtube pour cela. Bien que produit par excellence de la société contemporaine, je lui trouve un accent d'autrefois où la transmission orale et par-dessus l'épaule s'est d'abord évanouie pour céder la place aux livres et aux cours bien encadrés, et voilà que cela recommence avec en plus un accès inimaginable à tous ces savoir faire, expliqués dans toutes les langues de la planète et que l'on peut apprendre juste en regardant. Ironie du sort? Merveille!

    Pardonnez-moi, mais là je vais me faire un peu plaisir : tous ces "dits" travaux d'aiguilles qui nécessairement font émerger dans les esprits des images de petites vieilles agitant leurs mains ridées juste pour passer le temps, travail inutile et choses désuètes. Dans votre face! Il suffit de voir le nombre invraisemblable de tutoriels pour faire tout et n'importe quoi! Merci Internet, merci la vie!

    Bien, je cesse ma digression et reviens à mes moutons. Ce joli sac a été un vrai défi. Très confortable avec mon crochet, plutôt à l'aise avec mes aiguilles à tricoter, je fais beaucoup moins la fière avec une aiguille à coudre, mais je ne suis pas trop mécontente de mon travail.

    Mon premier sac Redquilt!

    Bon, je n'ai "quilté" que le dessus et le dos du sac, raison pour laquelle sa tenue est moins ferme. Le motif ne me plaisait pas, alors j'en ai fait un autre...

    Mon premier sac Redquilt!

    qui m'a pris beaucoup plus de temps que si je m'étais contentée de l'original. Je commence à me dire que j'aime me compliquer la vie...

    Je n'ai pas osé quilter la poche arrière, faite dans un tissu offert par une tricopine, parce que j'avais trop peur de le bousiller.

    Mon premier sac Redquilt!

    Pour arranger les choses, j'ai craqué sur un merveilleux brocard pour l'intérieur. Je me suis maudite à plusieurs reprises. C'est un très beau tissu qui glisse et s'effiloche à n'en plus finir! Je crois que je vais encore en ramasser des fils toute cette année!

    Mon premier sac Redquilt!

    Le patron original ne prévoyait pas de poches à l'intérieur. J'en ai ajouté deux sur le devant et une à l'arrière (à fermeture éclair).

    Enfin, n'ayant pas d'anses adaptées, j'ai ajouté deux petits segments pour intégrer des anneaux et mettre une anse réglable. Au moment de la réaliser, j'ai constaté qu'il ne me restait plus assez de jean! J'ai donc opté pour l'un des tissus du patchwork et pour le coup, je ne regrette pas. Je le trouve plus sympa comme ça!

    Pour un premier quilt, ce n'est pas très quilté. Je ne voulais pas investir, mais j'ai réparé quelque peu mes carences depuis en achetant un crayon à craie et une règle quadrillée. Ce sera plus simple, car j'ai tout fait sans repère (inutile de vouloir utiliser un crayon à papier sur du jean), raison pour laquelle j'ai pris si peu de risques.

    Je l'aime bien. Mais je le trouve un peu grand. En attendant, avec ces fortes températures, c'est bien plus agréable d'avoir du tissu dans les mains que ce cuir (vrai ou faux d'ailleurs) insupportable!

    Et j'ai déjà décidé de me lancer dans un nouveau projet (toujours de Redquilt), cette fois-ci plus proche d'un vrai quilt, à ceci près que je sais déjà que la tige, la fleurs et les feuilles seront crochetées (ben tiens, je vais me gêner!) :

    Mon premier sac Redquilt!

    Je trouve ce sac tout simplement magnifique! J'ai déjà trouvé mes tissus dans ce même esprit et j'ai hâte de m'y mettre!

    Bref, en ce moment, mes ouvrages au tricot et au crochet, s'ils avancent, avancent très lentement!

    A bientôt!

     

    Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire
  • Un peu de couture

    Amis des petites choses faites main, bonsoir!

    Durant le confinement, pénurie de masques oblige, je me suis remise à la couture. N'ayant toujours pas de machine à coudre (mais un achat est prévu cet été), je n'avais pas d'autre choix que de prendre fil et aiguille en soupirant tous les quarts d'heure (environ).

    Je ne suis pas douée en couture et la machine à coudre me terrorise, sans exagération! Mais il faut tout de même reconnaître que le temps de travail n'a rien à voir avec une machine! Le rapport doit être à peu près de 2 minutes contre 40!

    Ceci dit, ayant mis le nez dans mon stock de tissus (oui, parce que j'ai aussi du stock...) pour trouver les plus adaptés pour réaliser des masques, j'ai aussi mis le doigt sur ces projets sympas que je voulais coudre... Comme je ne pouvais pas tricoter ou crocheter toute la journée (mais ce n'est pas l'envie qui m'en manquait) au risque d'attraper au vol tendinites et autres réjouissances du même acabit, je me suis dit que, après tout, un peu de couture ne nuit pas.

    J'ai donc réalisé cette trousse souple, doublée, avec fermeture éclair et de petites dentelles pour l'attraper et faciliter son ouverture, et bien entendu adaptée à la hauteur de mes nouvelles lingettes démaquillantes.

    Un peu de couture

    Lingettes que j'ai cousues également :

    Un peu de couture

    Ceci m'a occupée un bon moment.

    J'ai une amie aux mains d'or qui est en train d'installer un petit atelier de couture chez elle. Je réfléchissais depuis un bon moment à ce que je pouvais apporter comme contribution utile.

    Comme beaucoup de gens, j'ai profité du confinement pour faire du tri. Entre autres choses : une nappe très jolie mais résolument désormais immettable, une housse de planche à repasser déjà moche au départ mais franchement défraîchie. J'avais d'ailleurs acheté une nouvelle housse. C'est là que j'ai trouvé comment faire un joli cadeau super utile à une couturière : la nappe de repassage!

    Si je me sens capable de concevoir plein de choses au crochet ou au tricot, j'étais quelque peu désemparée devant la tâche à accomplir.

    J'ai donc requis les services tant appréciés de Youtube et ai trouvé le tutoriel de Helena Couture qui répondait à ma demande.

    Je me suis lancée.

    J'ai d'abord découpé ma housse de planche à repasser pour qu'elle forme un joli rectangle aux bords arrondis, et voici ce qu'il en reste :

    Un peu de couture

    Puis j'ai découpé deux rectangles plus grands de manière très approximative dans ma nappe en évitant que les broderies s'y retrouvent.

    Un peu de couture

    Après quoi j'ai épinglé mes trois pièces et cousu au point arrière à ras du molleton.

     J'avais acheté un tissu sympa pour l'aspect extérieur, mais à ma grande surprise, il est trop petit!

    Course vers le stock pour trouver un autre tissu pour le dessous, compatible avec l'imprimé choisi. Je n'avais pas grand chose, alors j'ai opté pour un tissu uni sombre.

    Un peu de couture

    J'ai découpé mes rectangles à 0,5 cm environ de la précédente couture, épinglé mon joli biais émeraude (une vraie galère : j'ai dû le repasser 3 fois avant qu'il ne soit vaguement plié, et malgré une épingle tous les 3 cm, le tissu s'en échappait encore!).

    J'ai finalement réussi à coudre le tout et voilà la nappe (repliée) :

    Un peu de couture

    Au final, elle mesure 85 cm de long sur 52 cm de large. Ce n'est pas si mal. Je l'ai repassée sur ma table en bois, histoire de juger de l'efficacité, et je suis très contente du résultat. Le bois n'était ni humide (j'ai testé avec de la vapeur), ni chaud. J'imagine qu'il n'est pas question d'utiliser une centrale vapeur durant une heure, mais pour aplatir des coutures, ce sera parfait!

    A présent, il reste une dernière étape, la plus agréable : une pièce au crochet, munie de deux lanières pour pouvoir rouler et fermer cette nappe.

    J'ai choisi un fil turquoise, mais je vous montrerai cela très vite!

    A bientôt!

     

    Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique