• Christelle Nihoul

    Petits fous de tricot, bonsoir!

    Cela faisait longtemps que je ne vous avais pas parlé de designeuse, alors ce soir, je vous présente, pour ceux qui ne la connaissent pas encore, Christelle Nihoul (ci-dessus), une fabuleuse modéliste belge!

    J'aime beaucoup ce qu'elle fait et j'ai plusieurs de ses patrons dans ma bibliothèque. Je n'en ai réalisé encore aucun (sauf erreur de ma part), mais cela ne va pas tarder! Qui plus est, une fois n'est pas coutume, nous avons droit cette fois-ci à des patrons en français!

    Mais voyez plutôt ma petite sélection ; petite parce qu'elle est très prolifique :

    Christelle Nihoul    voici le châle Abencerage que je  vais me tricoter un jour avec de la Lace de Malabrigo

     

     

     

    Puis le châle Ascalon :

    Christelle Nihoul 

    Il est beau, hein? Et gratuit, celui-là!

    Et pour finir avec les châles, le très élégant Silver Oak (prévu pour quelqu'un, a priori en rouge)

    Christelle Nihoul

    Dans ma sélection encore, le très joli gilet Margaux

    Christelle Nihoul

    Et le pull Grassmoor que je me tricoterai également (il a l'air trop confortable et doux)

    Christelle Nihoul

    N'hésitez pas à faire un tour chez ChristallK, elle a plein de patrons plus sympas les uns que les autres! Et puis cela change un peu des anglo-saxonnes!

    Voilà, je voulais simplement partager cela avec vous.

    A bientôt!

    Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire
  • Planchette - suite et fin!

     Amoureux du crochet, bonsoir!

    Quoi de mieux qu'un fil fin de coton et un crochet tout aussi fin pour occuper ses mains durant ses insupportables soirées de chaleur torride?

    La dernière fois, je vous parlais de la "Plann-tchette", cet outil indispensable à l'assemblage de motifs au crochet irlandais.

    Ci-dessus, la version high-level de Natalia Kotelnikova. Ci-après, ma version "après tout, puisque ça marche..."

    La dernière fois, donc, après les étapes mousse de coussin - housse en feutrine sur couvercle de boîte :

    Planchette - suite et fin!

    je vous ai dit qu'il ne manquait plus que le tissu d'ameublement... Eh bien je suis allée un tout petit peu vite, puisqu'il manquait en outre un élément juste un peu essentiel : le truc qui fera que vos aiguilles resteront bien plantées! Les dames slaves mettent généralement une feuille plastique ou de papier épais. J'ai mis la main sur une feuille de protection de colis (des fois ça sert de ne pas tout jeter) et cela donne ceci :

    Planchette - suite et fin!

    Ensuite, effectivement, j'ai enfilé mon tissu d'ameublement qui ne tient finalement que par un élastique au milieu (explications à la fin de l'article):

    Planchette - suite et fin!

    Bon, c'est vrai, il n'a pas du tout la même tête que celui de Maître Kotelnikova... Il ne restait plus qu'à le tester.

    J'avais épinglé mon boulet sur un simple coussin, mais bien rigide, dans un premier temps.

    Planchette - suite et fin!

    J'ai donc essayé l'assemblage (pour voir ensuite s'il y aurait une différence avec la planchette - après tout, nous sommes ici dans la rubrique "Les folles expériences"). Un cauchemar. Les aiguilles sortaient du coussin lorsque je tirais sur le fil. Je devais tout tenir en même temps : le crochet, le fil, le motif maintenu sur le tissu... En plus, le coussin n'arrêtait pas de bouger! Bref, je me suis bien énervée.

    Alors j'ai tout enlevé et j'ai épinglé sur ma planchette.

    Planchette - suite et fin!

    Vous remarquerez au passage que j'ai modifié la position de pas mal d'éléments et que j'en ai même ôté certains.

    Puis j'ai commencé et là, un vrai bonheur!

    Planchette - suite et fin!

    Alors je n'ai pas encore tout à fait le coup de main, mais je peux travailler sans me préoccuper d'autre chose que des mailles que je crochète. Rien ne bouge, rien ne glisse. C'est même très reposant et super agréable à faire. Soit dit en passant : une heure et demie pour faire ça!

    Et donc voici ma conclusion quant à cette folle expérience : LA PLANCHETTE C'EST GENIAL!

    Et l'heureux hasard m'a donné ce sac digne de ce nouvel instrument de mes folies filesques (Merci Madame Louise):

    Planchette - suite et fin!

    Et me voici heureuse comme tout (eh oui, bien souvent, cela ne tient pas à grand chose), motivée à bloc, et même plus peur du thermomètre!

    Le seul hic est que je l'ai faite un peu trop haute, cette planchette. J'ai retiré la moitié de la mousse, mais c'est insuffisant. Je pense découdre la housse et lui donner une hauteur de 7 cm maximum (marges de couture comprises), et là, je mettrai l'élastique correctement sur le tissu gris. D'ailleurs, si j'avais été un peu plus observatrice, j'aurais bien vu sur la photographie de Mme Kotelnikova que ce n'est pas si haut que ça...

    Mais je ferai ça cet automne, car ma planchette est quelque peu occupée!

    A bientôt (le lundi 1er juillet pour être précise, avec le rendez-vous boulet!)

    Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire
  • Planchette

    Passionnés de crochet, bonsoir!

    Alors non, ce qui se trouve au-dessus n'est pas une de mes réalisations, mais j'aimerais bien! Il s'agit du travail de la grandissime Natalia Kotelnikova (regardez sa chaîne sur Youtube!). Voici pour un très léger aperçu de ses ouvrages :

    Planchette

    Autant dire que si nous portons le même prénom, nous ne jouons absolument pas dans la même catégorie!

    Non, je vous ai mis cette photographie parce que le sujet qui nous occupe aujourd'hui, c'est la planchette, et que l'on y voit de belles choses crochetées fixées sur une planchette!

    Voici un aperçu global de ce qu'est une planchette :

    Planchette

    Je suis désolée ; malgré mes efforts je n'ai pas trouvé de meilleur exemple à vous montrer. Il faut dire que la raison principale est tout simplement que cet outil n'existe pas. Allez sur n'importe quel site qui vend du matériel pour crochet et tapez planchette. Vous êtes partis pour une bonne tranche de rire!

    Donc, qu'est-ce?

    C'est un outil pour assembler les motifs crochetés au "crochet irlandais" qui est une technique de crochet où l'on réalise de toutes petites choses très fines et très minutieuses en un temps incroyablement long! Bref, amis horlogers, brodeurs pour cadres de montres, soudeurs de nano parties électroniques, vous voici à l'aise dans cette discipline!

    Planchette

    Les anglo-saxonnes utilisent généralement un simple coussin. Simple puisqu'à peu près tout le monde a un coussin chez soi.

    Pas pratique en revanche je trouve. Le coussin glisse, s'affaisse...

    Les slaves sont ingénieuses et pleines de ressources. Elles ont conçu la "Planntchett". Me voici donc partie pour confectionner la mienne!

    La planchette se compose de :

    • un socle rigide en carton, plastique, contre-plaqué (pour moi le couvercle d'un boîte de 36 x 27 cm

    Planchette

     

    • Puis une mousse épaisse (2 mousses de chaises, 1 grosse mousse de coussin) pour ma part une mousse de coussin dans sa housse et pour avoir quelque chose de plus rigide, j'ai aussi fait une housse en feutrine de 10 cm de hauteur avant couture (avec fermeture éclair parce que tôt ou tard il faudra la remplacer, cette mousse) - j'ai prévu 10 cm parce que je couds tout à la main et que j'utilise plus que les 0,50 cm de marge prévus pour la couture.

    Planchette

    Planchette

    Planchette

    • On pose donc la mousse sur le socle

    Planchette

    • Et il ne reste plus qu'à fixer le tout grâce à une housse avec un bon tissu où l'on pourra planter et replanter des tas d'aiguilles, maintenue sous le socle grâce à un élastique

    Planchette

    Bon, évidemment je n'ai pas eu le temps de la finir, alors j'ai juste posé le joli tissu d'ameublement gris clair sur mon montage pour vous montrer. Promis, dès qu'elle sera terminée je vous en reparle!

    Mais j'en profite pour poser dessus ma première fleur terminée de mon prochain gilet (j'ai mis 1 heure pour la faire!) et ma seconde en cours :

    Planchette

    J'espère la finir au plus vite car elle va bientôt servir!

    A bientôt! 

    Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire
  • Les marqueurs de maille

     Amoureux du tricot, bonsoir!

    Aujourd'hui, je souhaite aborder le sujet si épineux des marqueurs de mailles.

    Alors, tout d'abord, il est absolument évident que ces accessoires sont loin d'être indispensables.

    Toutefois, force est de constater que dès lors qu'ils sont essayés, ils sont presque toujours immédiatement adoptés. En effet, exemptant de compter les mailles, ils permettent de se concentrer sur le point que l'on tricote, ou tout simplement de marquer le début du rang (fort salutaire lorsque l'on travaille en rond).

    Beaucoup de styles de marqueurs existent, et je crois les avoir à peu près tous essayés. Cet article a donc pour but de vous rendre attentifs à deux trois choses avant l'achat (ou pourquoi pas la fabrication) de vos marqueurs.

    • 1er modèle (photographies du net ci-dessus) de grands distributeurs : l'anneau simple

    Beaucoup de personnes sont à l'aise avec ce style, mais pour ma part, je les ai détestés. Les modèles aux extrémités sont inadaptés à la rondeur de l'aiguille, et j'ai éprouvé une gêne pour les faire glisser.

    Par ailleurs, et c'est aussi le cas du modèle du milieu, ils ont souvent un diamètre important : jusqu'à 15 mm! Pas très pratique lorsque l'on travaille avec du 3 et que l'anneau chevauche plusieurs mailles.

    • 2ème modèle de grands distributeurs: les marqueurs inadaptés

    Les marqueurs de maille

    Si les premiers sont supers pour le crochet, ils sont, à mon avis (c'est toujours une question d'habitude, de façon de tricoter et de goût personnel) totalement nuls pour le tricot. Ils sont tout simplement trop épais et j'ai remarqué une légère démarcation sur mon tricot, à l'endroit pile ou se trouvaient ces marqueurs.

    Les seconds, s'ils sont beaucoup plus fins et n'engendrent pas le problème énoncé ci-dessus, m'ont causé le désagrément de rester accrochés au fil. Peut-être n'ai-je eu pas de chance, mais cela m'est arrivé plusieurs fois. Avec des laines de qualité, il y a de quoi pester.

    • 3ème modèle (fabriqué par de petits créateurs) : les marqueurs de mailles qui n'en sont pas

    Les marqueurs de maille

    Ils sont très beaux, mais ne servent pas à marquer les mailles, car ils provoquent les mêmes désagréments que les épingles précitées. En revanche, le 1er modèle est un super marqueur de progrès (attention au poids tout de même, car il est accroché à une seule maille et risque de la déformer irrémédiablement), le second doit servir à autre chose car le fermoir est trop petit (sauf si l'on tricote du fil dentelle, mais à nouveau attention au poids).

     

    BON, y a-t-il des marqueurs adaptés? A lire cet article, on dirait un plaidoyer pour l'abandon des marqueurs de mailles!

    OUI, bien sûr, il y en a. Mais il faut être attentifs à quelques détails.

    • 4ème modèle : les jolis anneaux

    Les marqueurs de maille

    Ce modèle a sans nul doute ma préférence. Mais attention à l'anneau lui-même. Comme vous le voyez ci-dessus, ce marqueur a une large propension à rester accroché à votre fil car il n'est pas bien fermé.

    On lui préfèrera celui-ci :

    Les marqueurs de maille

    Aucun risque d'accrochage, facile à glisser, adaptable à toute taille d'aiguilles (pour peu que le diamètre soit précisé) : ce modèle a incontestablement ma faveur. C'est sur cette base que je fabrique les miens.

    • 5ème modèle : les pendants

    Les marqueurs de maille

    On trouve ce modèle chez les grands distributeurs. Si l'on tricote avec des aiguilles de moins de 4 mm, c'est l'enfer. Ils sont trop gros.

    Les marqueurs de maille

    Les petits créateurs font des choses très jolies, mais attention! Je me suis faite avoir tout dernièrement. Soyez attentifs à la finition. Ci-dessous, vous verrez que le fil câblé dépasse considérablement de la perle. En d'autres termes, vous pouvez être sûrs que du feutrage et divers accrochages sont à prévoir!

    En revanche, avec ce modèle ci-dessous, aucun souci!

    Les marqueurs de maille

    Les bouts de câbles sont bien protégés. Il n'y a aucun risque à utiliser ces jolis marqueurs! C'est sur cette base que je suis en train d'en fabriquer.

    • Conclusion

    Travailler avec des marqueurs de maille est une question d'habitude (super vite prise puisqu'elle évite de compter).

    On met un ou des marqueurs entre autres pour

    - marquer le début du rang (tricot en rond)

    - séparer les répétitions d'une grille (on sait toujours où on en est et on repère très vite une erreur)

    - marquer les emplacements des diminutions ou des augmentations

    L'important est d'utiliser des marqueurs adaptés et sécurisés pour ne pas abîmer la belle laine que l'on travaille, voire le tricot lui-même.

    Leur forme est une pure question de goût. Certains préfèrent les anneaux, d'autres les pendants. Comme je le dis souvent, les meilleurs sont ceux que vous préférez!

    Il suffit d'être attentif aux finitions pour que votre tricot reste intègre (c'est tout de même mieux), après quoi vous pouvez vraiment vous faire plaisir!

    J'espère que cet article vous aura été utile! Bon tricot!

    A bientôt!

     

    Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire
  • Petite ronde des fils

     Petits fous de laine, bonsoir!

    Aujourd'hui, je vous propose un petit tour dans les qualités de fils! Ce qui suit est loin d'être exhaustif et encore moins complet, mais je vous invite seulement à entrer avec moi dans une petite ronde des fils!

    Et nous commençons par les fils traditionnels avec la laine de mouton.

    Petite ronde des fils

    Chantez avec moi : "la laine de mouton a mauvaise réputation" (pardon au grand monsieur Georges) parce qu'elle gratte. C'est vrai, elle pique. Mais elle est très solide et très résistante à l'humidité. Elle tient donc très chaud. Sachez que la laine vierge contient environ 7% d'autres fibres et la pure laine vierge 0,3% seulement. Ne vous fiez pas au "100% laine" qui est de moins bonne qualité.

    Alors personnellement, je n'en tricote pas (parce que j'ai la peau délicate), mais pour une veste, pourquoi pas?

    Toutes les laines de mouton ne piquent pas, ceci dit, comme la célèbre laine du mouton mérinos.

    Petite ronde des fils

    Celle-ci au contraire est très douce. Elle est élastique (ce qui signifie que l'ouvrage tricoté peut se déformer) et surtout naturellement antibactérienne. J'avoue que c'est ma laine favorite. Elle se prête très bien à la teinture, alors tout est permis avec elle!

    Nous poursuivons avec la laine d'agneau

    Petite ronde des fils

    La laine d'agneau est douce, moelleuse et solide. Toutefois, la laine vierge d'agneau a des poils plus longs, ce qui la rend plus solide et plus épaisse mais aussi un peu moins douce au départ que la lambswool qui est de moins bonne qualité (poils plus courts).

    Je la lui préfèrerai la laine d'alpaga (ou lama).

    Petite ronde des fils

    Il arrive à certaines laines de gratter, alors mieux vaut vérifier avant d'acheter. Mais normalement, c'est un fil très doux, très léger (ce qui n'est pas le cas de la laine de mouton) mais très chaud et très résistant. Le baby alpaga a tendance à être plus doux.

    Et puisque nous sommes dans la légèreté, parlons du mohair!

    Petite ronde des fils

    Le mohair provient de la toison de la chèvre angora de Turquie. Comme l'alpaga, c'est un fil léger, gonflant, chaud, mais il a une forte tendance à gratter et il n'a aucune souplesse. C'est pourquoi beaucoup lui préfèrent l'angora.

    Petite ronde des fils

    La laine angora est obtenue grâce au lapin angora, au mouton angora, ou au yack. C'est une laine très douce et bien chaude, mais (surtout pour les deux premiers) elle a une fâcheuse tendance à laisser des poils partout sur vos vêtements, dossiers de chaises, canapé... Vous vous sentirez un peu comme un animal, quoi... Après tout, pourquoi ne pas faire concurrence à votre chat? Il n'y a pas de raison!

    Et après ces soucis domestiques, passons à la classe noble des fils. En première position, j'ai nommé le cachemire.

    Petite ronde des fils

    Dès lors que l'on prononce le mot cachemire, on est chic immédiatement, non?

    Il provient de la chèvre de Mongolie, du Tibet, et de leurs alentours. Il faut bien dire qu'elle a fière allure. Elle en impose. C'est une laine chaude, douce et légère, résistante à l'humidité.

    MAIS méfiez-vous : les poils courts sont signe que votre ouvrage va vous lâcher tôt ou tard (voire plutôt tôt que tard) et quoi qu'il arrive, il va boulocher.

    En ce qui me concerne, c'est un mauvais investissement car je ne suis pas sûre d'arriver à déterminer si les poils utilisés sont longs ou courts. Et le boulochage est rédibitoire.

    Tant qu'à y mettre le prix, je préfère acheter du fil de soie.

    Petite ronde des fils

    Bon, est-il vraiment nécessaire d'expliquer d'où elle vient? J'ai toujours été fascinée par le ver à soie de Chine. (Eh bien voilà, c'est fait quand même). Je trouve ce phénomène totalement merveilleux. Mais je cesse avec le sentimentalisme et vous donne les propriétés de ce joli fil brillant : il est solide (mais rigide), il est d'une douceur sans comparaison, il est très résistant à l'humidité. Oh, et il est très beau.

    Son seul défaut est qu'il n'est pas une bonne idée de le tricoter pour faire un pull d'hiver. Mais c'est le seul.

    C'est la même chose pour le coton.

    Petite ronde des fils

    Et l'air de rien nous venons de quitter le règne animal pour le milieu végétal!

    Ce fil conserve la fraîcheur et il est hypoallergénique. En revanche, il est très lourd et se déforme aisément. Mais dans un petit numéro d'aiguilles, il est idéal pour l'été! Et puis, en tant que crocheteuse, j'ai un petit faible pour le coton. J'y vois davantage d'amigurumis que de petits hauts, je dois bien le dire. Le coton, c'est presque de la nostalgie pour moi.

    Dans le même ordre d'idée, nous avons le lin.

    Petite ronde des fils

    Outre le fait qu'il vient d'une très jolie fleur, le lin, issu de ses tiges, est un fil qui date de presque 10 000 ans avant J-C.

    Moins lourd que le coton, mais beaucoup plus rigide, il a un aspect sec. Il conserve davantage la fraîcheur que le coton. Clairement hydrophile, il est thermorégulateur. Pas d'humidité, donc. C'est le champion dans sa catégorie. Il y a le chanvre également, mais immettable, sauf si vous souhaitez un gommage en profondeur.

    Bref, le lin est l'allié de l'été.

    Et entre le coton sympa et le lin champion, il y a le bambou.

    Petite ronde des fils

    Le bambou, c'est beau. C'est un fil doux, hypoallergénique et hydrophile. Il est très agréable à porter. MAIS ce n'est pas exactement une fibre végétale. En fait, s'il est bien issu des fibres du bambou, toute une chimie intervient pour en faire un fil textile. Ne vous faites pas avoir par les jolies photographies!

    Et voilà comment nous passons aux fils synthétiques. Dans la même catégorie que le bambou, il y a le viscose.

    Petite ronde des fils

    Le viscose vient de l'écorce de pin ou de sapin. C'est une soie synthétique. Elle est brillante comme la soie, douce comme la soie, mais absolument pas résistante à l'eau. Attendez-vous à transpirer sévère là-dedans. Vous l'aurez compris : le viscose, je n'aime pas. Ceci dit, question budget, cela n'a rien à voir avec la soie puisqu'il est beaucoup moins onéreux.

    Après les pseudo-fils naturels, passons au 100% chimie au 1er rang desquels se trouve l'acrylique.

    Petite ronde des fils

    Et oui, la laine acrylique provient du pétrole. C'est sans doute le fil le plus utilisé dans le monde, par les industries comme par les tricoteuses. Avec son prix modeste, sa douceur, sa légère brillance et son entretien facile, cela en fait un fil tout à fait tentant. Il est d'ailleurs très majoritaire dans l'offre des enseignes de vêtements comme de laines.

    Mais il faut savoir qu'il est mauvais pour les milieux aquatiques car à chaque machine, des fibres non biodégradables sont rejetées. Du coup je culpabilise un peu.

    Et comme si cela ne suffisait pas, il est aussi mauvais pour nous puisqu'il libère des phtalates (connus pour avoir des tas d'effets sympathiques tels que perturbations endocriniennes, allergies...)

    Et je passe au polyamide.

    Petite ronde des fils

    Le polyamide, c'est aussi le nylon. C'est un fil solide, qui vient souvent en complément de la laine pour faire un super fil à chaussettes. Il a en effet une résistance à tout épreuve et est très extensible.

    En gros, les méfaits sont les mêmes que ceux de l'acrylique puisqu'il est lui aussi issu de la pétrochimie. Mais son usage est un peu moins fréquent.

    Bon, en tant que tricoteuse de chaussettes, il faut bien que je dise quelque chose pour me remonter le moral!

    Du coup, j'arrête là pour le synthétique et me tourne vers une nouvelle variété de fils (on arrête pas le progrès). Parlons donc de la fibre de lait.

    Petite ronde des fils

    Oui oui, de la fibre de lait. Lorsque ce dernier est périmé, on peut le recycler pour en faire des fibres. Les écologistes se sentent sûrement mieux que quelques lignes plus haut. Mais bien sûr, il vient en complément d'autres fibres. Donc, si vous êtes soucieux du bien être de la planète, il faut bien regarder à quelle laine ou à quel coton il est additionné. Mais le progrès va parfois dans le bon sens.

    Il a une texture soyeuse, il est doux, thermorégulateur, et il a même un effet cicatrisant (problèmes de peau). Mais il est très lourd. C'est sans doute le fil le plus lourd de tous ceux que nous avons vus.

    En résumé:

    • pour l'hiver, des laines provenant de nos beaux animaux,
    • pour l'été des laines issues du végétal (sauf pour la fibre de soja dont je n'ai pas parlé - qui elle aussi passe par un procédé chimique, mais a priori moins lourd que les autres fibres de cette catégorie - qui quant à elle tient chaud),
    • éviter les matières synthétiques (quasi une lapalissade)
    • essayer les nouvelles matières mais en étant vigilant

    Voilà, comme je vous l'avais annoncé au début de cet article, je suis loin d'avoir fait le tour de tout ce qui existe et je suis restée très succincte. Il s'agissait simplement d'avoir un aperçu des matières que nous travaillons et que nous portons, et peut-être de vous apprendre une ou deux choses. En tout cas pour ma part j'en ai appris pas mal en préparant cet article.

    A bientôt!

    Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique