• Détricoter... retricoter...

    Petits fous de tricot, bonsoir!

    Aujourd'hui je vous fais part d'une malheureuse expérience qui aurait pu être profitable si j'avais pris le temps d'y réfléchir...

    Aujourd'hui je vous informe, si vous n'êtes pas déjà au courant, qu'il existe une étape incontournable entre l'acte de détricoter et celui de retricoter, sans quoi vous vous exposez au problème que je vous présente ci-dessous.

    Je vous explique :

    Il y a un bon moment, j'ai commencé ce très joli gilet de Sweet Paprika :

    Détricoter... retricoter... attention : danger!

    Ma version, en cours naturellement, ressemblait à cela :

    Détricoter... retricoter... attention : danger!

    J'avais juste troqué la bordure en mousse contre une bordure shuriken (mais nous en reparlerons une prochaine fois), et j'avais fait un entre-deux tailles pour garder le numéro d'aiguilles d'origine. J'ai tricoté les demi-devants jusqu'au bout et le dos quasiment entièrement, ce gilet se tricotant en un morceau à plat.

    Mais cette jolie bordure roulait de façon insupportable, phénomène amplifié par le jersey. Par ailleurs, lorsque j'ai repris mon ouvrage, je ne savais plus où j'en étais et quelle que fût ma méthode de calcul, je ne retombais jamais sur le nombre de mailles qui étaient sur mes aiguilles. Excédée, j'ai tout détricoté : cinq minutes de bobinoir et une énorme pelote frisée!

    J'en viens donc au sujet de cet article.

    J'ai troqué mes aiguilles 3,5 pour des 3,75 et j'ai recommencé le gilet immédiatement en suivant les instructions de la taille 2, toute contente. J'ai tricoté des côtes pour le bas et chauffe Marcel, en avant Guingamp!

    Tellement concentrée sur mes points, mes augmentations et mes diminutions, je suis arrivée à une bonne hauteur du dos, à peu près là où j'avais décidé de détricoter, en fait, sans remarquer le résultat ignoble que voici :

    Détricoter... retricoter... attention : danger!

    Et je n'ai même pas honte de vous montrer ça de plus près :

    Détricoter... retricoter... attention : danger!

    Je devais tricoter à peu près comme ça à mes débuts, lorsque j'étais petite. Pour une enfant de 7 ans, c'est très bien, mais là...

    Donc je me renseigne ( IL ETAIT TEMPS!) et voici comment ne SURTOUT PAS FAIRE COMME MOI :

    Détricoter, c'est très bien. On utilise un bobinoir si l'on en a un, on sollicite les bras d'un être aimant, ou l'on opte pour une bouteille pour enrouler le fil.

    Dès que votre laine est soigneusement mise en pelote, au bain!

    Plongez-la dans une eau tiède-froide, c'est-à-dire à peine fraîche lorsque vous y mettez votre main, laissez-la se détendre une heure environ. Essorez-la dans une grande serviette de toilette, ou pressez-la à la main, mais surtout sans la tordre, en particulier si elle n'est pas superwash.

    Laissez-la sécher tranquillement, ni au soleil, ni dans un endroit humide, sans quoi dans le premier cas gare aux surprises de décoloration, et dans le second un temps maximal de séchage avec peut-être même des odeurs de moisi...

    Une fois votre laine sèche, elle est belle, plus frisée comme la mienne ci-dessus, et vous pouvez la retricoter sereinement.

    Conclusion : en ce qui me concerne le mal étant fait, je n'envisage pas de re-détricoter une nouvelle fois. Je pense que mon fil ne s'en remettrait pas et bain ou non, le résultat serait moche de toute façon.

    Donc, je n'ai pas le choix : je dois assumer "ça".

    Je suis un peu triste, mais après tout, c'est en forgeant que l'on devient forgeron. J'ai souvent démonté et retricoté, mais jamais à cette échelle.

    Je vais finir de tricoter ce pourtant si joli modèle, je mettrai le gilet achevé dans un grand bain, et on verra bien ce que cela donne une fois celui-ci sec. Comme c'est une laine superwash, j'ai peu d'espoir. Je vous en reparlerai à ce moment-là.

    A bientôt!

    Google Bookmarks Pin It

    2 commentaires
  • Chaussettes Sheepie!

    Socks addicts, bonsoir!

    Et une paire de plus! Voici mes chaussettes Sheepie terminées! Il était temps : je les ai commencées en 2017!

    J'ai très adapté le joli modèle de Louise Robert alias Biscotte, parce que je chausse du 35 (compliqué le jacquard, du coup, avec beaucoup moins de mailles sur les aiguilles), et parce que je ne voulais pas que le motif soit sur toute la chaussette.

    Voici le modèle original :

    Chaussettes Sheepie!

    Du coup, je l'ai tricoté selon ma technique (je deviens d'une incroyable fainéantise!), mais je me suis bien amusée.

    Je ne renonce pas tout à fait à tricoter ce modèle en suivant rigoureusement les instructions, mais ce sera dans un futur sans  nul doute très lointain...

    Et comme le vent glacial qui se lève ces derniers jours me rappelle quelques urgences, je mets de côté les chaussettes pour le moment et reprends le cours de mes mitaines :

    Chaussettes Sheepie!

    Mais ceci est une autre histoire...

    A bientôt!

    Google Bookmarks Pin It

    2 commentaires
  • Mini Fade Scrubbers

    Petits fous de crochet, bonsoir!

    Il y a fort fort longtemps, j'ai acheté ce livre. Bien avant que le réutilisable et le zéro déchet soient à la mode, j'avais trouvé l'idée de faire ses propres éponges lavables et toutes mignonnes fort intéressante. Bon, pour ne rien vous cacher, ce livre a été édité en 2009, et je l'ai acquis en 2010. C'est-à-dire qu'il est resté posé dans ma bibliothèque tout ce temps!

    Alors voilà, comme j'avais des restes de coton (le coton, c'est comme la laine chaussettes, cela ne compte pas dans le stock!), je me suis dit que ce serait une belle application.

    Allez, je me dédouane quelque peu : tous les modèles de ce livre sont à crocheter en n°4, ce qui donne une bonne taille à ces lavettes. Je ne crois pas avoir jamais eu du coton aussi gros. Entendez par là que c'est pour ça que ce livre a patienté si longtemps. Hum...!

    Mes restes de coton se crochètent en 2,5. D'où le nom de ces minuscules ouvrages (environ 4 cm) : Mini Scraps (restes) Scrubbers (éponges).

    Et donc j'en ai fait 4 :

    Mini  Scraps Scrubbers

    Elles sont destinées au lavabo de la salle de bain. Je me suis vraiment éclatée à les réaliser.

    J'ai dû faire des choix cruels, parce qu'il était inutile de crocheter tout le livre.

    J'avais déjà fait un bus pour la baignoire (super pratique, en fait).

    Mini  Scraps Scrubbers

    Mais je me dis qu'il y a encore l'évier, les plaques de cuisson... Pourquoi pas?

    Pour l'heure j'ai suffisamment à faire et je ne veux pas multiplier les projets en cours. Mais cette pause carrément ludique m'a fait un bien fou!

    Si ce n'est déjà fait, n'hésitez plus : crochetez vos lavettes!

    A bientôt!

    Google Bookmarks Pin It

    5 commentaires
  • Simple socks

    Socks addicts, bonsoir!

    Me revoici pour de bon! ^_^

    Comme promis, nous causerons chaussettes aujourd'hui!

    Je vous présente Simple socks, car comme l'indique leur nom, elles sont d'une extrême simplicité. J'ai laissé la Goomy 50 de Bergère de France faire tout le travail, et je me suis contentée de tricoter en jersey.

    J'aime beaucoup ces coloris. Je l'ai simplement mise sur bloqueur, sans bain préalable, ce qui explique que ma bordure roule un peu.

    Pour le patron, j'ai tricoté selon ma technique, ce qui a constitué un ouvrage confortable, sans surprise, agréable, pour une fois.

    J'ai tout de même opté pour une bordure ourlée en dents de chat. Cela apporte une toute petite touche de fantaisie et, je trouve, de féminité, à ce modèle tout simple.

    Donc, pour faire une bordure ourlée toute petite comme ici :

    • tricotez 4 rangs de jersey endroit
    • alternez 1 jeté et 2 mailles tricotées ensemble à l'endroit sur tout le 5 ème rang
    • tricotez 4 rangs de jersey endroit
    • arrêtez votre ouvrage en laissant un long fil pour la couture
    • cousez chaque maille à la maille correspondante du 1er rang de la bordure, sur l'envers, bien entendu. Attention de ne pas serrer sous peine de ne plus pouvoir enfiler la chaussette, ce qui serait quand même dommage!
    • c'est fini!

    Tout simple, donc.

    Parfois c'est agréable de ne pas trop solliciter son cerveau. Une sorte de récréation, dirons-nous!

    A bientôt!

    Google Bookmarks Pin It

    2 commentaires
  • Nouveau départ

    Chers amis, bonsoir!

    J'ai été bien silencieuse ces derniers temps, et j'ai même sauté le rendez-vous boulet.

    Suite à un ras-le-bol d'ordre général, pour ne pas dire ras-le-bol de tout, j'ai entrepris un rangement massif chez moi. Mettre son chez-soi en ordre, c'est aussi mettre ses idées en ordre.

    Lorsque je dis massif, ce n'est pas une image. Un rangement à la Marie Kondo. J'ignore si vous faites partie de ses plus de 2 millions de lecteurs, mais c'est mon cas. Une méthode radicale (et stakhanoviste en ce qui me concerne : 8 huit jours consécutifs du matin au soir), mais une méthode positive et déculpabilisante. Un des principes par exemple, n'est pas de jeter, mais de garder ce que l'on aime, ce qui nous inspire de la joie. On est donc content de ce que l'on garde, que l'on regarde presque avec un oeil neuf, et content également de ce dont on se sépare. Bref, une méthode positive.

    Heureusement, j'ai bénéficié de l'indulgence et du soutien moral de mon cher et tendre.

    Et tout ça malade, test Covid (négatif), et d'autres réjouissances du même acabit. Passons.

    Pour quel résultat?

    Mon appartement est rangé, bon en cela rien de fou.

    Mais de grandes décisions ont été prises.

    Alors rassurez-vous, je n'ai absolument pas l'intention d'arrêter le crochet, le tricot, la couture, ni ce blog.

    Première décision : je vais réorganiser ma boutique (qui est toujours fermée pour causes d'incompatibilité d'horaires de la Poste avec les miens - encore le Covid), mais cela sera effectif l'an prochain. J'en jette les nouvelles bases, j'y réfléchis.

    Deuxième décision : même si la première décision est une décision professionnelle, je ne suis pas une "vraie" professionnelle : je suis une amoureuse du petit artisanat et du savoir faire. Ces travaux d'aiguilles sont avant tout une passion. Donc : j'arrête de m'embêter avec les boulets. J'ai tout jeté, tout simplement.

    Du coup, je vous annonce un peu brutalement, je sais, la disparition des rendez-vous boulets de ce blog.

    Troisième décision, qui en réalité est une décision à laquelle je réfléchis depuis longtemps : je me confectionne autant que possible ma garde-robe "capsule" ou "minimaliste". Je vous renvoie vers l'excellent parcours de Vanessa Salaun pour plus de précisions.

    En faisant mon tri, j'ai confirmé mes goûts en matière de couleurs. Je me suis donc séparée de tout ce qui ne peut entrer dans ma présente-future garde-robe, qu'il s'agisse de vêtements, d'en-cours ou de laines et tissus en stock. En gros, ce sont plutôt les couleurs froides : bleu, gris, violet, vert d'eau. J'ai notamment fait une exception pour Rêve de Printemps

    Nouveau départ

    Nouveau départ

    parce que j'ai suivi le principe de Marie Kondo : "what sparks joy", ce qui donne une étincelle de joie. Ce projet répond clairement à cette définition.

    Voilà où j'en suis.

    Et comme promis la dernière fois : on causera chaussettes au prochain article!

    A bientôt! ^_^

     

    Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire