• Tarian

    Fans de tricot, bonsoir!

    Vous connaissez à présent mon admiration pour Wood House Knits Designs, à savoir Jennifer Wood!

    Il n'y a pas si longtemps, elle a sorti un nouveau pull : Tarian.

    Je suis forcément tombé amoureuse de ce joli modèle.

    Comme d'habitude avec cette designeuse, voici un pull élégant, avec du charme et d'apparence simple.

    Alors, oui, c'est mal, mais je me suis mise à le tricoter... Je vous explique.

    J'étais motivée pour terminer Zweig (mon chouchou) au plus vite.

    Tarian

     

    Comme il me reste de la laine violette, je me suis dit que ce serait sympa de faire les côtes de la bordure des manches avec. Je ne sais pas trop si j'ai assez pour faire les manches et le bas du pull.

    Qu'à cela ne tienne, étant arrivée à la fin d'un écheveau, j'ai décidé de laisser le bas du pull là et d'attaquer les manches pour juger ensuite du restant de laine.

    Seulement voilà, j'ai égaré mes aiguilles double pointe. Impossible de remettre la main dessus. J'en aurais hurlé de frustration si j'avais été moins soucieuse du bien être de mes voisins.

    Bref, en attendant de les retrouver (au pire d'en racheter), je me suis lancée dans Tarian qui envahissait déjà mes rêves depuis un bon moment. Ce qui finalement s'est avéré être une idée stupide car je n'ai réalisé qu'au 25ème rang (et ci-après vous comprendrez ce que cela signifie) que c'est le même numéro d'aiguilles!

     

    Tarian

    D'abord j'ai opté pour une laine qui change un peu : la Creative Melange DK de Rico Designs. C'est une laine changeante qui passe, pour le coloris que j'ai choisi, du gris au violet jusqu'au rose presque saumon, mais de manière très douce.

    Tarian

     

    Bon, mon échantillon était loin de celui de la modéliste (et ouais, en français c'est comme ça qu'on dit!) puisque j'avais 24 m pour 10 cm là où elle préconisait 20 mailles.

    Inutile de prendre des aiguilles plus grosses si l'on veut éviter le filet à provision. J'ai donc choisi de faire 3 tailles au-dessus de la mienne.

    Comme j'ai 1400 mètres de laine, et que je ne suis pas bien grande, je pense que cela devrait suffire.

    Et je me lance!

    Tarian

    A ce stade de la partie, je suis super contente du résultat! Le plus dur est fait et c'est vraiment très beau.

    Mais c'est tout de même un peu un motif de psychopathe. Avec toutes ces mailles enroulées, j'ai passé environ 1 heure pour chaque rang qui demandait cette technique, 1 heure 20 en moyenne pour 2 rangs. Et il y a 40 rangs de motif!

    A partir de là, tout va se faire en jersey endroit, tout en douceur, sans presque y penser. Je vais m'ennuyer, quoi.

    Mais bon, d'ici que j'arrive au moment fatidique de tricoter les manches, j'aurai retrouvé mes aiguilles...

    A bientôt!

    Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire
  • Petite ronde des fils

     Petits fous de laine, bonsoir!

    Aujourd'hui, je vous propose un petit tour dans les qualités de fils! Ce qui suit est loin d'être exhaustif et encore moins complet, mais je vous invite seulement à entrer avec moi dans une petite ronde des fils!

    Et nous commençons par les fils traditionnels avec la laine de mouton.

    Petite ronde des fils

    Chantez avec moi : "la laine de mouton a mauvaise réputation" (pardon au grand monsieur Georges) parce qu'elle gratte. C'est vrai, elle pique. Mais elle est très solide et très résistante à l'humidité. Elle tient donc très chaud. Sachez que la laine vierge contient environ 7% d'autres fibres et la pure laine vierge 0,3% seulement. Ne vous fiez pas au "100% laine" qui est de moins bonne qualité.

    Alors personnellement, je n'en tricote pas (parce que j'ai la peau délicate), mais pour une veste, pourquoi pas?

    Toutes les laines de mouton ne piquent pas, ceci dit, comme la célèbre laine du mouton mérinos.

    Petite ronde des fils

    Celle-ci au contraire est très douce. Elle est élastique (ce qui signifie que l'ouvrage tricoté peut se déformer) et surtout naturellement antibactérienne. J'avoue que c'est ma laine favorite. Elle se prête très bien à la teinture, alors tout est permis avec elle!

    Nous poursuivons avec la laine d'agneau

    Petite ronde des fils

    La laine d'agneau est douce, moelleuse et solide. Toutefois, la laine vierge d'agneau a des poils plus longs, ce qui la rend plus solide et plus épaisse mais aussi un peu moins douce au départ que la lambswool qui est de moins bonne qualité (poils plus courts).

    Je la lui préfèrerai la laine d'alpaga (ou lama).

    Petite ronde des fils

    Il arrive à certaines laines de gratter, alors mieux vaut vérifier avant d'acheter. Mais normalement, c'est un fil très doux, très léger (ce qui n'est pas le cas de la laine de mouton) mais très chaud et très résistant. Le baby alpaga a tendance à être plus doux.

    Et puisque nous sommes dans la légèreté, parlons du mohair!

    Petite ronde des fils

    Le mohair provient de la toison de la chèvre angora de Turquie. Comme l'alpaga, c'est un fil léger, gonflant, chaud, mais il a une forte tendance à gratter et il n'a aucune souplesse. C'est pourquoi beaucoup lui préfèrent l'angora.

    Petite ronde des fils

    La laine angora est obtenue grâce au lapin angora, au mouton angora, ou au yack. C'est une laine très douce et bien chaude, mais (surtout pour les deux premiers) elle a une fâcheuse tendance à laisser des poils partout sur vos vêtements, dossiers de chaises, canapé... Vous vous sentirez un peu comme un animal, quoi... Après tout, pourquoi ne pas faire concurrence à votre chat? Il n'y a pas de raison!

    Et après ces soucis domestiques, passons à la classe noble des fils. En première position, j'ai nommé le cachemire.

    Petite ronde des fils

    Dès lors que l'on prononce le mot cachemire, on est chic immédiatement, non?

    Il provient de la chèvre de Mongolie, du Tibet, et de leurs alentours. Il faut bien dire qu'elle a fière allure. Elle en impose. C'est une laine chaude, douce et légère, résistante à l'humidité.

    MAIS méfiez-vous : les poils courts sont signe que votre ouvrage va vous lâcher tôt ou tard (voire plutôt tôt que tard) et quoi qu'il arrive, il va boulocher.

    En ce qui me concerne, c'est un mauvais investissement car je ne suis pas sûre d'arriver à déterminer si les poils utilisés sont longs ou courts. Et le boulochage est rédibitoire.

    Tant qu'à y mettre le prix, je préfère acheter du fil de soie.

    Petite ronde des fils

    Bon, est-il vraiment nécessaire d'expliquer d'où elle vient? J'ai toujours été fascinée par le ver à soie de Chine. (Eh bien voilà, c'est fait quand même). Je trouve ce phénomène totalement merveilleux. Mais je cesse avec le sentimentalisme et vous donne les propriétés de ce joli fil brillant : il est solide (mais rigide), il est d'une douceur sans comparaison, il est très résistant à l'humidité. Oh, et il est très beau.

    Son seul défaut est qu'il n'est pas une bonne idée de le tricoter pour faire un pull d'hiver. Mais c'est le seul.

    C'est la même chose pour le coton.

    Petite ronde des fils

    Et l'air de rien nous venons de quitter le règne animal pour le milieu végétal!

    Ce fil conserve la fraîcheur et il est hypoallergénique. En revanche, il est très lourd et se déforme aisément. Mais dans un petit numéro d'aiguilles, il est idéal pour l'été! Et puis, en tant que crocheteuse, j'ai un petit faible pour le coton. J'y vois davantage d'amigurumis que de petits hauts, je dois bien le dire. Le coton, c'est presque de la nostalgie pour moi.

    Dans le même ordre d'idée, nous avons le lin.

    Petite ronde des fils

    Outre le fait qu'il vient d'une très jolie fleur, le lin, issu de ses tiges, est un fil qui date de presque 10 000 ans avant J-C.

    Moins lourd que le coton, mais beaucoup plus rigide, il a un aspect sec. Il conserve davantage la fraîcheur que le coton. Clairement hydrophile, il est thermorégulateur. Pas d'humidité, donc. C'est le champion dans sa catégorie. Il y a le chanvre également, mais immettable, sauf si vous souhaitez un gommage en profondeur.

    Bref, le lin est l'allié de l'été.

    Et entre le coton sympa et le lin champion, il y a le bambou.

    Petite ronde des fils

    Le bambou, c'est beau. C'est un fil doux, hypoallergénique et hydrophile. Il est très agréable à porter. MAIS ce n'est pas exactement une fibre végétale. En fait, s'il est bien issu des fibres du bambou, toute une chimie intervient pour en faire un fil textile. Ne vous faites pas avoir par les jolies photographies!

    Et voilà comment nous passons aux fils synthétiques. Dans la même catégorie que le bambou, il y a le viscose.

    Petite ronde des fils

    Le viscose vient de l'écorce de pin ou de sapin. C'est une soie synthétique. Elle est brillante comme la soie, douce comme la soie, mais absolument pas résistante à l'eau. Attendez-vous à transpirer sévère là-dedans. Vous l'aurez compris : le viscose, je n'aime pas. Ceci dit, question budget, cela n'a rien à voir avec la soie puisqu'il est beaucoup moins onéreux.

    Après les pseudo-fils naturels, passons au 100% chimie au 1er rang desquels se trouve l'acrylique.

    Petite ronde des fils

    Et oui, la laine acrylique provient du pétrole. C'est sans doute le fil le plus utilisé dans le monde, par les industries comme par les tricoteuses. Avec son prix modeste, sa douceur, sa légère brillance et son entretien facile, cela en fait un fil tout à fait tentant. Il est d'ailleurs très majoritaire dans l'offre des enseignes de vêtements comme de laines.

    Mais il faut savoir qu'il est mauvais pour les milieux aquatiques car à chaque machine, des fibres non biodégradables sont rejetées. Du coup je culpabilise un peu.

    Et comme si cela ne suffisait pas, il est aussi mauvais pour nous puisqu'il libère des phtalates (connus pour avoir des tas d'effets sympathiques tels que perturbations endocriniennes, allergies...)

    Et je passe au polyamide.

    Petite ronde des fils

    Le polyamide, c'est aussi le nylon. C'est un fil solide, qui vient souvent en complément de la laine pour faire un super fil à chaussettes. Il a en effet une résistance à tout épreuve et est très extensible.

    En gros, les méfaits sont les mêmes que ceux de l'acrylique puisqu'il est lui aussi issu de la pétrochimie. Mais son usage est un peu moins fréquent.

    Bon, en tant que tricoteuse de chaussettes, il faut bien que je dise quelque chose pour me remonter le moral!

    Du coup, j'arrête là pour le synthétique et me tourne vers une nouvelle variété de fils (on arrête pas le progrès). Parlons donc de la fibre de lait.

    Petite ronde des fils

    Oui oui, de la fibre de lait. Lorsque ce dernier est périmé, on peut le recycler pour en faire des fibres. Les écologistes se sentent sûrement mieux que quelques lignes plus haut. Mais bien sûr, il vient en complément d'autres fibres. Donc, si vous êtes soucieux du bien être de la planète, il faut bien regarder à quelle laine ou à quel coton il est additionné. Mais le progrès va parfois dans le bon sens.

    Il a une texture soyeuse, il est doux, thermorégulateur, et il a même un effet cicatrisant (problèmes de peau). Mais il est très lourd. C'est sans doute le fil le plus lourd de tous ceux que nous avons vus.

    En résumé:

    • pour l'hiver, des laines provenant de nos beaux animaux,
    • pour l'été des laines issues du végétal (sauf pour la fibre de soja dont je n'ai pas parlé - qui elle aussi passe par un procédé chimique, mais a priori moins lourd que les autres fibres de cette catégorie - qui quant à elle tient chaud),
    • éviter les matières synthétiques (quasi une lapalissade)
    • essayer les nouvelles matières mais en étant vigilant

    Voilà, comme je vous l'avais annoncé au début de cet article, je suis loin d'avoir fait le tour de tout ce qui existe et je suis restée très succincte. Il s'agissait simplement d'avoir un aperçu des matières que nous travaillons et que nous portons, et peut-être de vous apprendre une ou deux choses. En tout cas pour ma part j'en ai appris pas mal en préparant cet article.

    A bientôt!

    Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire
  • Fans de tricot, bonjour!

    Et de 1! Je viens de finir mon châle Accross the Pond Shawl de Knitting Expat Designs, et je l'aime beaucoup!

    J'ai réalisé le petit modèle. J'aime le concept de châle-écharpe : autour du cou à l'extérieur et autour des épaules à l'intérieur.

    J'ai choisi la merino DK de Tôt le Matin Yarns en rouge (230 m) et un écheveau violet-rouge-blanc de Piratenwolle (200 m).

    J'ai eu quelques déconvenues. Je n'avais pas assez de fil. J'ai donc arrêté le motif de la première partie trop tôt, au mauvais rang, en faisant des augmentations de chaque côté pour pouvoir entamer la deuxième partie avec le bon nombre de mailles.

    A la deuxième partie, idem. J'ai tricoté à peu près la moitié de la bordure, et j'ai recalculé le motif pour faire des picots au bons endroits.

    Est-ce parce que j'ai utilisé de la DK que j'ai consommé 430 mètres en ne pouvant finir aucune des deux parties normalement alors que le modèle n'en demande que 400?

    Ceci dit, je suis contente du résultat, même si je déplore vraiment que la bordure en dentelle soit si peu large.

    Mais somme toute, cela en fait un châle assez équilibré. Il est tout doux et bien chaud. Pour une fois, j'ai opté pour des couleurs vives, alors cela en fait une pièce tout à fait particulière dans ma garde-robe!

    A bientôt!

    Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire
  • Amoureux du tricot, bonjour!

    Aujourd'hui, c'est le rendez-vous boulet initié par l'excellente rédactrice du blog Pendant ma pause !

    Il s'agit de ces ouvrages qui végètent en attendant que l'on daigne se décider à les poursuivre après y avoir jeté plusieurs regards dépités...

    Tout d'abord, un petit mot quant à ce rendez-vous. J'ai rejoint la ronde assez récemment puisqu'il s'agit là du 59ème rendez-vous. Emmanuelle, qui a eu cette idée géniale, a décidé que celui-ci serait le dernier. Même si j'en éprouve un peu de peine, je comprends sa décision, et bien évidemment la respecte.

    Rendez-vous Boulet : pull Brocéliande - épisode 1

    Toutefois, ce rendez-vous me motivait. Je crois que sans Emmanuelle, je n'aurais jamais terminé mon pull Hindi! Merci à elle pour tous ces 2ème lundis du mois où chacune montrait sa progression. Merci à elle pour sa gentillesse et ses encouragements. Merci.

    Et donc, j'ai décidé unilatéralement et pour moi-même de poursuivre les épisodes du boulet. Mais le 1er lundi me convient mieux (3 fois sur 4 cela tombe la même semaine que le Strasknitting, qui lui est le 3ème samedi du mois). Donc, je continuerai à vous montrer ma progression, parce que des boulets, j'en ai encore!

    Voici donc, après le terrible pull Hindi, le pull Brocéliande!

    Non, je ne vous le montre pas encore... Je vous explique d'abord comment il est né!

    Je me suis lancée il y a pile 2 ans, dans l'aventure de la brioche, qui soit dit en passant, m'a fait apprendre le tricot selon la méthode continentale (rien que ça!) pour pouvoir la tricoter en rond!

    J'ai commencé par une écharpe simple

    Rendez-vous Boulet : pull Brocéliande - épisode 1

    car mon objectif était le superbe Damask Cowl de Nancy Marchant, que j'ai fini par réaliser pour moi :

    Rendez-vous Boulet : pull Brocéliande - épisode 1

    et même pour une amie :

    Rendez-vous Boulet : pull Brocéliande - épisode 1

    Détestant faire deux fois la même chose, je devais me rendre à l'évidence : j'étais amoureuse de la brioche texturée.

    J'ai donc acheté le superbe livre de cette génialissime dame :

    Rendez-vous Boulet : pull Brocéliande - épisode 1

    Et là j'ai trouvé des motifs tous plus beaux les uns que les autres, dont deux en particulier (d'inspiration celtique, je trouve) m'ont immédiatement tapé dans l'oeil! Mais petite déception, les modèles présents à la fin sont juste des petites choses qui se mettent autour du cou. Moi, je voulais un pull.

    J'ai donc décidé de faire le mien. Pour l'heure, voici où j'en suis :

    Rendez-vous Boulet : pull Brocéliande - épisode 1

    Jusqu'ici, je suis contente du résultat, mais je commence à me demander comment je vais faire pour les raglans de l'emmanchure... Les raglans sont le seul moyen pour moi d'être à l'aise dans mes vêtements. L'encolure devrait être en V. Encore des calculs compliqués, je pense, surtout pour avoir une belle finition. Ces problèmes réglés, il faudra encore calculer les manches... Il s'agit d'un pull à manches courtes.

    Bref, je n'ai pas fini de souffrir!

    Mais j'aime tellement ce toucher moelleux et ces beaux motifs!

    Je m'en vais rendre visite aux filles pour ce dernier rendez-vous.

    A bientôt!

    Google Bookmarks Pin It

    4 commentaires
  • Les moufles du cycliste - épisode 1

    Fans de tricot, bonsoir!

    Exactement pour me faire mentir, je vous parle ce soir d'un nouveau projet! Une folle expérience, à n'en point douter.

    Mon cher et tendre enfourchant son vélo à des heures peu agréables pour aller travailler, et le vent du nord ayant fait soudainement son apparition, il m'a demandé des moufles bien chaudes, si possible doublées.

    Ce genre de demande étant rarissime pour ne pas dire inédit, je lui ai immédiatement dit oui et lui ai parlé des bénéfices du feutrage. En effet, ce dernier rend plus résistant au vent et à l'humidité. Devant son enthousiasme soudain, je me suis précipitée sur mon écran pour trouver le patron idéal pour ce nouveau projet.

    Je n'ai pas trouvé de patron de moufles en double knitting feutrées... ce qui est vraiment très mauvais signe, m'est avis. Est-ce faisable? Est-ce que seule la partie extérieure va feutrer, engendrant des bourrelets franchement disgracieux si la partie intérieure ne bouge pas de taille, et disons-le rendant les moufles immettables?

    Je prends le parti de me dire que j'ai mal cherché. Cela doit forcément exister...

    Soit. Je m'en vais donc choisir des coloris classiques (il faut bien dire que la majorité des hommes, le mien inclus, ont des goûts d'une affligeante tristesse : noir, bleu marine, éventuellement bleu, ou gris)...

    Mais voilà, je n'ai trouvé que des couleurs proprement extravagantes dans les gammes de laines à feutrer tricotables : rose fuschia, anis, turquoise, orange rouille, jaune moutarde, et caetera...

    Qu'à cela ne tienne, il faut donc choisir un fil 100% laine, non traité superwash.

    Je ne sais pas si vous vous en rendez compte, mais plus j'avance et plus cette expérience prend une tournure inquiétante.

    Je jette donc mon dévolu sur le Phil Alpaga, et je prends 4 pelotes carbone pour l'extérieur et 4 pelotes écru pour l'intérieur. Je souhaite vraiment des couleurs contrastantes pour une réalisation plus aisée, et puis le bleu présent en boutique ne me plaisait pas.

    Les moufles du cycliste - épisode 1

    Je réalise mon échantillon et je prends les mesures de la main de mon cher et tendre. (Oui, j'ai acheté la laine avant de faire mon échantillon. Mais j'ai vu qu'il fallait environ 280 m pour faire des moufles feutrées pour un homme. J'ai donc pris 384 m de chaque coloris pour être tranquille).

    Encore une contrariété : ses mesures ne correspondent à aucune taille d'aucun tableau trouvé. Bref, il va falloir tout calculer!

    • poignet : 17,5 cm de circonférence et 5 cm de longueur prévue
    • main : 23 cm de circonférence pour une longueur de 19,5 cm
    • distance de la base de la main à la naissance du pouce : 6,75 cm
    • pouce : 7 cm de circonférence pour une longueur de 6 cm

    Je compte une aisance de 1 cm pour pour tout, sauf pour le pouce où je ne compte que 0,5 cm.

    Ensuite, quelle taille faire?

    Selon les sites, le feutrage en machine fait perdre 25% de la taille, selon d'autres, 30%.

    Cela fait tout de même une sacrée différence. J'opte pour une augmentation de 27%.

    Vous commencez à la voir, la catastrophe à venir?

    Même pas peur ; je me lance.

    Je monte 48 mailles DK (c'est-à-dire alternativement 48 mailles carbone et 48 mailles écru). Et je commence des côtes monochromes :

    Les moufles du cycliste - épisode 1

    Je vous explique comment j'obtiens cela, mais il faut d'abord vous informer que je tricote en continental avec la main gauche et le fil écru dans la main gauche, et je tricote en méthode classique avec le fil noir dans la main droite.

    Pour ce faire, je tricote

    • 1 maille noire à l'endroit, les 2 fils à l'arrière,
    • je mets le fil noir devant, puis le fil écru devant
    • 1 maille écrue à l'envers
    • je mets le fil écru à l'arrière
    • 1 maille noire à l'envers
    • 1 maille écrue à l'endroit
    • je remets le fil noir à l'arrière

    et voilà : côtes noires à l'extérieur et côtes écrues à l'intérieur.

    Une fois qu'on a pris le truc, c'est assez routinier.

    Je vais donc tricoter jusqu'à 6,5 cm de hauteur, et je vous retrouve au prochain épisode!

    Si toutefois vous avez des conseils, je suis super preneuse!

    A bientôt!

    Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire