• Chrysanthemum

    Knitting addicts, bonjour!

    Mon French Cancan terminé, j'ai décidé de me lancer dans un ouvrage double knitting (tricot double) et j'ai craqué sur le modèle Chrysanthemum de Sabine Naumann, lui-même inspiré du modèle d'Anna Dalvi : Starlight Shawl.

    Chrysanthemum

    J'avais commencé une écharpe en double knitting il y a plusieurs années, en Charly blanc et Lin de Phildar, que j'ai finalement démontée parce que le rendu du dessin ne me plaisait pas. J'ai mis mes pelotes de côté en me disant que dès que je trouverais un jacquard sympa, je m'y remettrais.

    Et je suis tombée il y a peu sur le modèle Chrysanthème, qui est une fleur que j'aime beaucoup. Après quelques essais infructueux, j'ai dû me rendre à l'évidence : j'avais oublié comment on fait!

    Quelques clics google plus tard, j'ai trouvé une vidéo très claire et j'étais repartie! Voici ce que cela donne :

    Chrysanthemum

    Le double knitting revient à tricoter deux écharpes en une seule fois. Imaginez que vous tricotez une écharpe blanche, puis une écharpe beige, et que vous les assemblez ensuite. Vous obtenez une écharpe double face bien épaisse. Le double knitting permet de tricoter ces deux écharpes en un seul morceau, sans couture, en alternant les mailles blanches et les mailles beiges. Un jacquard devient donc réversible : blanc sur beige d'un côté, et de l'autre côté, comme sur la photo ci-dessus, beige sur blanc. C'est fabuleux, mais cela demande un peu de concentration. Le modèle est constitué de 6 grilles. J'arrive au bout de la première. Inutile de dire que ce petit châle n'est pas près d'être terminé!

    Et tout comme mon châle French Cancan, j'ai l'intention de tricoter un bonnet et des mitaines. Cela me ferait deux ensembles hiver. Mais les porterai-je CET hiver? Suite aux prochains épisodes!

    A bientôt!

     

    Google Bookmarks Pin It

    6 commentaires
  • French Cancan

    Petits fous de tricot, bonsoir!

    Et voici enfin mon châle French Cancan terminé! Je n'ai pas réussi à avoir une photographie correcte sur toute sa longueur, désolée.

    Il est tout doux, tout léger mais très chaud! Je l'aime.

    La laine Otello de Phildar (100% laine qui ne gratte pas) offre un rendu parfait! Mais attention : j'avais les doigts un peu noirs en tricotant! Mais heureusement, tout s'est bien passé au blocage, alors que je craignais fort un dégorgement.

    French Cancan

    Je l'ai fait plus court que le modèle original car je vais le porter comme une écharpe. Mais malgré le problème du triangle au milieu en haut que le blocage n'a pas pu résorber, j'en suis très satisfaite. Il est vraiment élégant. Il me reste donc à faire le bonnet et les mitaines assortis!

    A bientôt!

    Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire
  • Chaussette Liseré Purple

    Socks addicts, bonjour!

    Enfin un projet terminé! Certes, un petit, mais fini quand même!

    Aujourd'hui je vous présente ma chaussette Liseré (version 3) Purple. Cette fois-ci, cette paire de chaussettes m'est destinée, c'est pourquoi il s'agit d'une petite pointure.

    Je l'ai tricotée avec Super Soxx de Lang Yarns, une laine chaussette que j'affectionne tout particulièrement. Elle est vraiment très agréable à travailler et le fil est solide. Et quelles jolies couleurs! On passe du violet au denim foncé et au vert bleuté avec délicatesse.

    La photographie ne rend pas trop justice au motif, car la chaussette n'est pas encore bloquée. Il faut bien évidemment que je tricote d'abord la deuxième! Mais ce ne sera pas pour tout de suite : je vais réaliser une chaussette Dragon, après quoi je m'emploierai à tricoter la deuxième Liseré. Je ne parviens résolument pas à faire la même chose deux fois de suite, mais en laissant un peu de temps entre les deux, c'est tout à fait envisageable!

    Il existe une méthode pour tricoter deux chaussettes en même temps sur une aiguille circulaire. Mais je ne souhaite pas tricoter de chaussettes sur une aiguille circulaire, d'autant que je ne suis pas du tout à l'aise avec le magic loop, et puis il faut deux pelotes (une par chaussette) tandis que j'utilise souvent des pelotes de 100 grammes. Ayant déjà prouvé que je n'étais pas sujette au syndrome de la seconde chaussette (pour peu que je laisse s'écouler un peu de temps entre la première et la seconde), je n'ai aucun doute que je l'aurai terminée d'ici la fin de l'année. C'est une chaussette pour le printemps, de toute façon.

    Je l'ai tricotée selon ma technique fétiche : montage à la turque, pointe en étoile, talons en rangs raccourcis à la japonaise, un joli motif, des côtes 1/1 pour la bordure et un rabat à la russe. Une technique très cosmopolite, et qui assure confort et finitions impeccables!

    Cette nouvelle paire constituera la troisième de ma garde-robe. Autant dire que j'ai encore pas mal de travail, car j'ai décidé l'an passé de ne plus acheter de chaussettes industrielles! Les miennes sont plus chaudes, plus durables et plus jolies, sans parler du plaisir de les réaliser!

    Si vous n'y avez pas encore goûté, sautez le pas, et tricotez vos chaussettes vous-mêmes! Vous verrez qu'il y a un avant et un après! Il existe plein de techniques (pas seulement au tricot d'ailleurs), disponibles sur internet, et vous trouverez sur ce blog un tutoriel complet dans la rubrique "The Chaussette" ! Lancez-vous!

    A bientôt!

    Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire
  • C'est bientôt la rentrée!

    Chers visiteurs, bonjour!

    Juste un petit mot car, comme c'est bientôt la rentrée et que le budget est souvent serré en cette période, French Loop a le plaisir de vous annoncer une bonne nouvelle :

    C'est bientôt la rentrée!

    C'est le moment de vous faire plaisir! Rendez-vous en boutique!

    A bientôt!

     

    Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire
  • Pourquoi démonter?

     Amoureux du fait mains, bonjour!

    On m'a récemment fait remarquer, à juste titre, que je démontais beaucoup.

    Pourquoi démonter? C'est fait mains, après tout! Et tout ce temps perdu!

    Serait-ce le syndrome de l'oeuvre inachevée?

    J'ignore si comme moi, vous défaites vos ouvrages et si l'on vous tient le même genre de discours. Toujours est-il que voilà pourquoi démonter :

    1) Finalement ce que je suis en train de tricoter ou de crocheter ne me plaît pas. Je passe du temps sur ces ouvrages. Il m'est arrivé de me forcer à finir quelque chose qui ne me convenait pas, uniquement pour le finir, ce qui est devenu pour moi quelque chose comme une torture ou une corvée, ou les deux. Le tricot, le crochet et la couture sont des moments agréables pour moi, normalement, sans autres contraintes que celles auxquelles je m'astreins volontairement. Alors pourquoi s'imposer autant de souffrance? C'est moche? On démonte!

    2) La deuxième raison est cousine de la première. Parfois, j'aime la laine que je travaille, et j'aime le modèle que je réalise. Mais assez rapidement, je me rends compte qu'ils ne vont pas ensemble. Le motif ne ressort pas, ou cela fait trop bariolé, ou trop triste, ou trop quelque chose, quoi. C'est donc un double gâchis. Mieux vaut réserver cette laine pour un autre ouvrage qui lui sera mieux adapté et réaliser le modèle avec une laine qui conviendra mieux. Alors hop! On démonte!

    Pourquoi démonter? 3) Enfin la dernière raison : l'erreur. J'étais arrivée à la bordure du joli modèle French Cancan dont je vous ai parlé la dernière fois, quand tout à coup je vois un truc très bizarre et très laid sur toute la hauteur du châle! Eh bien j'avais tout simplement loupé une maille (chose qui ne m'était plus arrivé depuis l'enfance), laquelle s'est détricotée jusqu'en bas! Je ne m'en étais même pas aperçue! Eh bien là, inutile d'espérer rattraper avec un crochet : on démonte! J'ai donc sorti mon bobinoir (récente acquisition dont je ne cesse de me féliciter) et hop! J'ai donc recommencé à 0 et vous pouvez voir ci-dessus où j'en suis...

    D'une manière générale, je ne laisse passer aucune erreur. Le plaisir de l'ouvrage terminé est gâché si l'on voit la bêtise, parce qu'on ne voit que cela, même si ce n'est le cas de personne d'autre!

    J'ai l'amour des choses bien faites, comme, je crois, tous ceux qui prennent du temps pour faire des choses.

    Démonter permet de corriger le tir, de viser la perfection, de s'assurer de moments toujours agréables, mais si de temps en temps il faut pour cela lâcher un cri de colère et / ou de frustration. Parce que démonter, ce n'est vraiment pas plaisant. Mais après tout, n'est-ce pas en forgeant que l'on devient forgeron? Peut-être que lorsque je serai davantage experte, je démonterai moins!

    Et vous? Qu'en pensez-vous?

    A bientôt!

     

    Google Bookmarks Pin It

    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique