• Timi

    Bonsoir amoureux des peluches!

    Aujourd'hui je vous présente mon petit dernier : Timi!

    Patron dessiné, pièces coupées et assemblées en une journée! Il me restait de jolies chutes de tissu peluche et de velours ras, alors, comme les couleurs allaient bien ensemble, j'ai décidé de créer ce petit personnage!

    Enfin il est quand même assez grand... il faut que je le mesure! Il sera bientôt disponible en boutique.

    Il est le stade 1 d'une poupée que je veux réaliser prochainement, et qui est très complexe à dessiner. Je n'ai pas encore trouvé toutes les solutions... Mais cela viendra! Pour un premier essai, je trouve que c'est pas mal. En tout cas je l'aime bien avec son petit sourire timide. Il n'est pas parfait, mais il a une vraie personnalité. Et puis il est tout doux!

    A bientôt!

     

    Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire
  • Pétronille : stade 1

    Bonjour bonjour!

    Depuis quelques temps, je n'ai pas grand chose à vous proposer parce que mes ouvrages avancent, certes, mais alors len-te-ment!

    J'ai toujours plusiers ouvrages en cours en même temps. Pour l'heure il y a l'écharpe de ma belle-soeur, double orange au point brioche, mais j'arrive tout doucement au bout. Puis une paire de chaussettes beiges avec un point de cinglé. J'en suis plutôt au début. Enfin, mon col Damask étant terminé, je me suis lancée dans un projet que j'ai depuis de nombreuses années et là, je me suis dit que vraiment il était grand temps! Il s'agit de Pétronille. C'est le nom de la poupée dans un des livres de Sarah Kay, qui m'a fait rêver, avec la comtesse de Ségur, toute mon enfance. Vous l'aurez compris : je veux créer ma propre poupée avec sa garde-robe, ses jouets et accessoires, voire ses meubles.

    Mon tout premier essai, eh bien c'était moi-même en chibi, pour mon précédent site :

    Pétronille : stade 1

    Elle me ressemble vraiment. Je voulais une poupée "anatomique", avec des bras et des jambes qui soient des bras et des jambes, et pas simplement 2 boudins, et j'ai même réussi à lui faire tous les doigts de la main! Mais niveau proportions, même pour un chibi, ce n'est pas vraiment ça...

    Ensuite, m'étant lancée dans la couture à la main (la machine est résolument mon ennemie et dans un avenir plus ou moins lointain, je maîtriserai cette bête), j'ai tenté l'hybride : crochet-couture pour une poupée offerte à ma nièce :

    Pétronille : stade 1

    Je n'ose même pas vous dire combien d'heures de travail il y a eu sur cette poupée. J'ai été très contente parce que le résultat n'était pas mal, mais les cheveux... ce n'était pas vraiment ça...

    Galvanisée par quelques projets couture supplémentaires, je me suis lancée dans la poupée total couture, avec le même patron que la poupée ci-dessus, mais sans patron pour les vêtements, et j'ai fait ça :

    Pétronille : stade 1

    Cette poupée est ma grande fierté. Elle est en vente dans ma boutique Etsy, mais si elle n'est pas partie d'ici le printemps prochain, je la garde pour moi! Elle a nécessité encore plus d'heures de travail que la précédente, mais je la trouve trop mignonne!

    Seulement voilà, ces deux poupées sont un peu grandes pour mon projet initial. De plus, j'aime l'idée d'une poupée avec des vêtements et des meubles et pourquoi pas un animal de compagnie (ou plusieurs?) tout en laine. Et comme on a beaucoup plus de liberté avec le crochet qu'avec le tricot, j'ai naturellement opté pour lui, d'autant que c'est la technique avec laquelle je suis le plus à l'aise. Et donc, voici le stade 1 de Pétronille qui au final devrait mesurer environ 22 cm :

    Pétronille : stade 1

    Evidemment, pour l'heure, cela vous demande un peu d'imagination. Elle n'a qu'une tête et en plus elle est encore chauve... Mais je la trouve prometteuse! J'ai juste un petit doute sur la taille des yeux, mais je vais la finir et l'on verra bien!

    Je m'en vais donc continuer son petit corps et vous souhaite un excellent week-end! J'espère pouvoir vous proposer un patron gratuit la prochaine fois. A bientôt!

     

     

     

     

    Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire
  • Filéco de Bergère de France

    Bonsoir!

    Ce soir, je vous parle de la qualité Filéco de Bergère de France. Comme l'indique son nom, il s'agit d'un mélange de laines recyclées, d'où son improbable composition : 4% FIBRES DIVERSES
    6% POLYAMIDE
    12% LAINE
    78% ACRYLIQUE

    et parmi les fibres diverses, il y a du brillant genre vague lurex, mais c'est très discret.

    Filéco de Bergère de France

    Je l'ai tricotée pour faire la partie mauve de mon châle :

    Filéco de Bergère de France

    et l'entièreté de mon superbe col Damask :

    Filéco de Bergère de France

    Et voici ma conclusion : elle se tricote très très bien. Dans sa description, Bergère de France la conseille pour les débutants, et c'est vrai : elle est vraiment facile et agréable à travailler. Comme elle se tricote en n°4,5/5, l'ouvrage monte vite, ce qui est toujours sympa.

    Elle a vraiment un super rendu.

    Un point négatif alors? Pour moi, un peu, oui. Elle fait 85 mètres, ce qui implique qu'elle ne "file" pas beaucoup. En clair, il faut beaucoup de pelotes pour un ouvrage. D'ailleurs Bergère de France indique 14 pelotes pour un pull de taille M. Sachant que ces indications concernent toujours du jersey, qui est le point le moins filophage, si vous souhaitez tricoter ou crocheter avec un point un peu original, le nombre de pelotes nécessaire monte en flèche.

    Heureusement, elle n'est vraiment pas onéreuse : environ 2,60 € la pelote de 50g, soit 85 m.

    Mais ce qui me déplaît en général, c'est le fait d'avoir à rentrer tout un tas de fils à la fin de l'ouvrage. Donc je préfère les pelotes à gros métrage. Mais on ne peut pas tout avoir, n'est-ce pas?

    En conclusion, un French Loop award quand même pour Filéco de Bergère de France, parce que la filature est à Bar-le-Duc et que rien que cela mérite soutien me semble-t-il, mais aussi parce que c'est vraiment un joli fil sympa à tricoter. En tout cas, je l'ai beaucoup apprécié en faisant mon col qui est éclatant de couleur.

    A bientôt!

     

    Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire
  • Le blocage ou la révélation de votre ouvrage!

    Fous de tricot et de crochet, bonsoir!

    Aujourd'hui, nous allons aborder la question du blocage.

    Qu'est-ce que le blocage? Techniquement, c'est faire tremper puis sécher votre ouvrage. La raison de cette opération est simple : votre ouvrage terminé, il est rigide, son rendu probablement à peine reconnaissable et avec une forme un peu décevante. Après blocage, il est souple, le point que vous avez travaillé est mis en valeur et votre ouvrage a sa taille définitive (ou pour longtemps en tout cas). Bref, votre ouvrage est impeccable.

    Que bloquer? Si vous avez tricoté des chaussettes, un pull, 100% jersey et côtes, inutile de le bloquer. Si vous avez fait de jolis points qui font onduler votre ouvrage, le blocage est nécessaire. Pour les ouvrages de type châle, écharpe à points tricotés ou crochetés, le blocage est indispensable pour une bonne mise en forme.

    1ère étape : remplissez votre lavabo, une bassine, voire votre baignoire (mais pas à ras bord, hein!) d'eau tiède. La température de l'eau est primordiale : trop chaude et la laine feutre, trop froide et la laine se rétracte et s'abîme. Tiède, donc.

    Versez le produit qu'aime la laine : la lessive habituelle spéciale laine, mais dosée à moitié en ce qui me concerne, mais on trouve des produits adaptés dans les bonnes boutiques de laine, un peu onéreux, mais vraiment supers (exemple ci-dessous) ; au pire un peu de savon, mais de grâce, quelque chose de non agressif!

    Laissez tremper votre ouvrage environ une heure.

    Essorez délicatement votre ouvrage roulé, sans lui imposer de torsion, en le pressant contre l'émail de votre lavabo, par exemple.

    Si vous avez utilisé de la lessive spéciale vendue à environ 10 € :

    Le blocage ou la révélation de votre ouvrage!

    vous pouvez passer directement à l'étape suivante.

    Si vous avez utilisé de la lessive traditionnelle pour la laine ou du savon, il faut un temps de rinçage. Remplissez à nouveau votre contenant d'eau tiède, laissez tremper votre ouvrage une demi-heure. Essorez-le grossièrement ensuite, comme expliqué plus haut.

    2ème étape : posez une grande serviette de bain à même le sol. Posez-y votre ouvrage bien à plat. Roulez la serviette en un tube.

    Stop! Si vous portez des chaussons, des chaussettes, enlevez-les, sous peine de le regretter! De même, opérez dans votre salle de bain, parce qu'il va y avoir de l'eau par terre!

    Marchez dessus. N'ayez crainte : vous n'abîmez pas votre précieux ouvrage, vous l'essorez délicatement, au contraire!

    Déroulez votre serviette. Votre ouvrage est prêt à être bloqué.

    3ème étape : fixez votre ouvrage sur son support.

    Pour le support, j'utilise personnellement une grande serviette de bain très épaisse et donc assez rigide, réservée à cet effet, que je pose sur mon séchoir bien à plat. Vous pouvez utiliser tout tapis (yoga, sport), ou acheter les supports de blocage qui sont assez chers.

    Pour fixer, il vous suffit d'avoir des aiguilles de couture ou les aiguilles ou peignes que l'on trouve tout exprès :

    Le blocage ou la révélation de votre ouvrage!

    Ou encore, vous pouvez utiliser un long fil de laine fine et bâtir votre ouvrage sur votre support!

    En gros, on obtient ceci :

    Le blocage ou la révélation de votre ouvrage!

    Il ne reste plus qu'à attendre que cela sèche! Evitez de faire sécher au soleil, ou dans un endroit humide. Si cela prend plus de 3 jours, il y a fort à parier que votre bel ouvrage sentira mauvais.

    Pour les chaussettes, il existe des bloqueurs spécifiques :

    Le blocage ou la révélation de votre ouvrage!

    J'ai opté pour ceux-ci. En plastique, ils sont légers (il faut les suspendre!), ce qui est loin d'être le cas des bloqueurs en bois, même s'il est incontestable que ces derniers sont bien plus jolis. Les bloqueurs en bois sont aussi beaucoup plus larges, ce qui, je trouve, donne une forme non adéquate à la chaussette. Vous pouvez fabriquer les vôtres en les coupant dans des sets de table rigides, par exemple. On trouve des gabarits sur internet.

    Ultime étape! Une fois votre ouvrage sec, il suffit de retirer les aiguilles et le voilà avec une forme impeccable, souple et dont les points sont mis en valeur. Sa forme et sa taille sont  à peu près définitifs. Si vous lavez vos ouvrages à la main, ils sont définitifs. Si vous les lavez en machine, malgré la basse température, ils finissent pas rétrécir un peu. La laine est un matériau vivant! Il suffit de bloquer à nouveau, et le tour est joué.

    Toutefois, pour un pull qui aurait rétréci au point de perdre 2 tailles, il faut ajouter du poids et le suspendre sur un cintre rembourré aux épaules pour ne pas le déformer. Pour ajouter du poids, je fixe une serviette de bain pliée en deux à l'aide de pinces à linge, à la ceinture et au bas des manches. Ceci est une opération extrême et il faut éviter de la répéter trop souvent. Mais si comme moi, votre pull adoré s'est retrouvé par erreur dans la machine à laver avec les jeans et les t-shirts, les manches arrivant désormais 5 cm au-dessus des poignets, il n'y a pas d'autre solution!

    Voilà pour le blocage, et pour le sauvetage! Bonne soirée à vous!

     

     

    Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires